Conduite d'élevage et relations homme-animal

Impact of husbandry on the welfare of pet guinea pigs in the UK

Par 5 mars 2020 avril 28th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : revue scientifique publiée dans Veterinary Records

Auteur : Alison Wills

Résumé en français : Le Royaume-Uni compte, d’après les statistiques, environ 0,4 million de cochons d’Inde. A l’occasion de la parution d’une étude menée sur le niveau de bien-être de ces animaux au Royaume-Uni, le VetRecord rappelle plusieurs points importants sur leur élevage. En ce qui concerne l’alimentation, une attention particulière doit être portée à la présence de foin en quantité suffisante pour permettre l’usure dentaire et éviter ainsi les problèmes.

Un apport suffisant en vitamine C est aussi essentiel pour prévenir le scorbut. Il faut se méfier des aliments supplémentés en vitamine C car il y a un risque d’oxydation de la vitamine une fois le sachet entamé. A l’inverse, un accès trop important à des légumes verts riches en calcium peut être un facteur prédisposant aux urolithiases. Sur le plan social, la présence d’un congénère est nécessaire et permet de limiter le stress, facteur prédisposant à de nombreuses maladies, notamment respiratoires. La présence d’un lapin, espèce n’ayant pas le même comportement social, n’est pas recommandée. Ce dernier peut être vecteur de maladies transmissibles au cochon d’Inde ou tout simplement l’agresser. Pour ce qui est de l’habitat, la température optimale pour cette espèce se situe entre 8 et 26 °C : il est donc préférable de les loger en intérieur. Malgré l’absence de vaccinations annuelles, il est conseillé de réaliser régulièrement des visites de contrôle, les propriétaires ne sachant pas forcément bien reconnaître les signes d’alerte. L’utilité est d’autant plus grande que le cochon d’Inde est une proie. En cas de maladie, les symptômes n’apparaissent que très tardivement, quand l’état de santé est déjà très dégradé.

Logo de Veterinary Record
Extrait du site du Veterinary Record