Prise en charge de la douleur

Disbudding affects use of a shelter provided to group-housed dairy calves

Par 15 novembre 2020 décembre 8th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : article scientifique publié dans le Journal of Dairy Science

Auteurs : K.N. Gingerich, V. Choulet, E.K.Miller-Cushon

Résumé en français (traduction) : L’ébourgeonnage des veaux de lait est une procédure douloureuse bien établie qui a de larges effets sur le comportement. L’hypothèse de cette expérimentation était que les veaux logés en groupe et soumis à l’ébourgeonnage au fer chaud présenteraient un retrait social, caractérisé par l’utilisation d’un abri assurant un isolement physique et visuel du reste de l’enclos. Nous avons examiné les effets de l’ébourgeonnage au fer chaud sur l’utilisation de cet abri, y compris l’utilisation individuelle et partagée, et le comportement de repos dans l’abri. Des génisses Holstein et des veaux mâles (n = 24) ont été logés dans des enclos collectifs (4 veaux/enclos ; 3,7 × 8,0 m). Chaque enclos contenait un abri à toit ouvert sur trois côtés (1,2 m de côté et 1,2 m de haut) avec un mur supplémentaire à moitié fermé pour permettre l’entrée, construit en plastique cannelé. Les veaux étaient répartis au hasard dans l’enclos pour être ébourgeonnés (n = 12 ; 10 veaux et 2 génisses ; 36,2 ± 3,9 j d’âge) ou recevoir uniquement une manipulation fictive (n = 12 ; 9 veaux et 3 génisses ; 36,3 ± 4,2 j d’âge). Les veaux ébourgeonnés ont reçu une anesthésie locale du nerf cornual et un anti-inflammatoire non stéroïdien avant l’intervention. Le comportement a été enregistré en continu sur vidéo pendant 3 jours consécutifs, à partir du moment où le veau a été ébourgeonné ou manipulé. L’utilisation de l’abri était très variable d’un veau à l’autre (de 10,8 min/j à 20,7 h/j), mais les veaux ont montré une constance individuelle dans leur utilisation de l’abri au fil du temps. Les veaux ébourgeonnés ont passé plus de temps dans l’abri (4,6 contre 1,6 h/j ; ébourgeonnés contre témoins). L’ébourgeonnage n’a pas eu d’incidence sur l’utilisation sociale de l’abri en pourcentage de l’utilisation de l’abri, mais les veaux ébourgeonnés ont passé plus de temps dans l’abri ensemble (31% contre 9 % de l’utilisation de l’abri ; ébourgeonnés versus témoins). Les veaux ébourgeonnés entrent plus fréquemment dans l’abri lorsqu’il est inoccupé (8,1 contre 5,5 entrées ; ébourgeonnés versus témoins) et le quittent également plus fréquemment lorsqu’il est occupé. Les veaux ébourgeonnés utilisaient davantage l’abri pendant la journée (7 h à 20 h ; 8,9 contre 4,1 min/h) chaque jour, y compris le jour 0 lorsque l’atténuation de la douleur était efficace, alors que l’utilisation ne différait pas pendant la nuit. Les veaux ébourgeonnés ont passé environ 40 min de moins  couchés/j et ont passé un pourcentage plus important de leur temps couchés à l’intérieur de l’abri. Ces résultats suggèrent que les veaux ébourgeonnés utilisent davantage les caractéristiques environnementales qui offrent un isolement, l’utilisation de l’abri reflétant peut-être une préférence accrue pour le retrait social ou pour un autre aspect de cette zone de séparation visuelle et physique. En outre, ces résultats suggèrent que l’ébourgeonnage, même avec l’atténuation de la douleur recommandée, affecte le comportement pendant au moins plusieurs jours.

Résumé en anglais (original) : Disbudding in dairy calves is well established as a painful procedure with broad effects on behavior. The hypothesis of this experiment was that group-housed calves subjected to hot-iron disbudding would exhibit social withdrawal, based on use of a shelter providing physical and visual seclusion from the rest of the pen. We examined effects of hot-iron disbudding on use of this shelter, including individual and shared use, and resting behavior within the shelter. Holstein heifer and bull calves (n = 24) were housed in group pens (4 calves/pen; 3.7 × 8.0 m). Each pen contained a 3-sided open-top shelter (1.2 m square, and 1.2 m high) with an additional half-enclosed wall to allow entry, built out of corrugated plastic. Calves were randomly assigned within pen to be disbudded (n = 12; 10 bulls and 2 heifers; 36.2 ± 3.9 d of age) or receive sham handling only (n = 12; 9 bulls and 3 heifers; 36.3 ± 4.2 d of age). Disbudded calves received a local cornual nerve block and a nonsteroidal antiinflammatory medication before the procedure. Behavior was recorded continuously from video for 3 consecutive days, beginning immediately following the disbudding procedure or handling. Shelter use was highly variable between calves (ranging from 10.8 min/d to 20.7 h/d), but calves showed individual consistency in their use of the shelter over time. Disbudded calves spent more time in the shelter (4.6 vs. 1.6 h/d; disbudded vs. sham). Social use of the shelter as a percentage of shelter use was not affected by disbudding, but disbudded calves spent more time in the shelter together (31 vs. 9% of shelter use; disbudded vs. sham). Disbudded calves entered the shelter more frequently when it was unoccupied (8.1 vs. 5.5 entries; disbudded vs. sham) and similarly left it more frequently when it was occupied. Disbudded calves used the shelter more during daylight hours (0700 to 2000 h; 8.9 vs. 4.1 min/h) on each day, including d 0 when pain mitigation was effective, whereas use did not differ during the night. Disbudded calves spent approximately 40 min less time lying/d and spent a greater percentage of their lying time inside the shelter. These results suggest that disbudded calves make greater use of environmental features that offer seclusion, with use of the shelter possibly reflecting an increased preference for social withdrawal or for some other aspect of this area of visual and physical separation. Further, these results suggest that disbudding even with recommended pain mitigation affects behavior for at least several days.

Logo du Journal of Dairy Science
Extrait du site du Journal of Dairy Science