Réglementation

Turning Negatives into Positives for Pet Trading and Keeping: A Review of Positive Lists

Par 10 décembre 2020 janvier 26th, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Article scientifique publié dans Animals

Auteurs : Elaine Toland, Monica Bando, Michèle Hamers, Vanessa Cadenas, Rob Laidlaw, Albert Martínez-Silvestre, Paul van der Wielen

Résumé en français (traduction) : Transformer le négatif en positif pour les échanges et la détention d’animaux de compagnie : Un examen des listes positives

Le commerce et la détention d’animaux de compagnie exotiques sont associés au bien-être des animaux, à la préservation, à la protection de l’environnement, à la santé des animaux d’élevage et aux préoccupations de santé publique et posent de sérieux défis réglementaires aux législateurs et aux responsables de l’application de la loi. La plupart des textes législatifs concernant le commerce et la détention d’animaux de compagnie exotiques impliquent la restriction ou l’interdiction des espèces problématiques, une pratique connue sous le nom de “liste négative”. Cependant, une autre approche adoptée par certains gouvernements n’autorise la détention d’animaux que s’ils répondent à certains critères qui ont été démontrés scientifiquement comme adaptés à la protection des espèces, de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité. Nous avons procédé à l’évaluation de listes positives concernant la réglementation du commerce et de la détention d’animaux de compagnie dans le contexte du système plus répandu de restriction ou d’interdiction des espèces par le biais de listes négatives. Notre examen des réglementations internationales, nationales et régionales en Europe, aux États-Unis et au Canada a révélé que les critères utilisés pour l’élaboration des listes négatives et positives étaient incohérents ou non spécifiques. Nos enquêtes en ligne auprès des gouvernements ont reçu peu de réponses, bien que des entretiens téléphoniques avec des fonctionnaires de gouvernements envisageant ou élaborant des listes positives aient fourni des indications utiles sur leurs attitudes et motivations envers l’adoption de listes positives. Nous discutons des principales questions soulevées par les fonctionnaires, notamment les avantages perçus des listes positives et les défis anticipés lors de l’élaboration de listes d’espèces appropriées. En outre, nous comparons les fonctions des listes négatives et positives, et nous recommandons des principes clés qui, nous l’espérons, seront utiles aux gouvernements pour l’élaboration et la mise en œuvre de réglementations basées sur des listes positives.

Résumé en anglais (original) : The trading and keeping of exotic pets are associated with animal welfare, conservation, environmental protection, agricultural animal health, and public health concerns and present serious regulatory challenges to legislators and enforcers. Most legislation concerning exotic pet trading and keeping involves restricting or banning problematic species, a practice known as “negative listing”. However, an alternative approach adopted by some governments permits only the keeping of animals that meet certain scientifically proven criteria as suitable in respect of species, environmental, and public health and safety protections. We conducted an evaluation of positive lists for the regulation of pet trading and keeping within the context of the more prevalent system of restricting or prohibiting species via negative lists. Our examination of international, national, and regional regulations in Europe, the United States, and Canada found that criteria used for the development of both negative and positive lists were inconsistent or non-specific. Our online surveys of governments received limited responses, although telephone interviews with officials from governments either considering or developing positive lists provided useful insights into their attitudes and motivations towards adopting positive lists. We discuss key issues raised by civil servants including perceived advantages of positive lists and anticipated challenges when developing lists of suitable species. In addition, we compare functions of negative and positive lists, and recommend key principles that we hope will be helpful.

Logo de la revue Animals
Extrait du site d’Animals