Evaluation du BEA et Etiquetage

Real Welfare Report 2020

Par 26 janvier 2021 février 9th, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Rapport publié par l’ADHB (Agriculture and Horticulture Development Board, UK)

Auteurs : ADHB

Résumé en français (traduction) : Rapport Real Welfare (2018-2020)

Au cours des sept années qui se sont écoulées depuis l’instauration du programme Real Welfare (2013-2019), plus de 13 millions de porcs ont fait l’objet d’une évaluation individuelle par des vétérinaires spécialement formés, ce qui a permis d’établir un niveau de bien-être crédible et de référence tant au niveau du secteur qu’au niveau de chaque exploitation. Bien qu’il y ait toujours plus à faire, les faits ont montré qu’en moyenne, les exploitations les moins performantes se sont améliorées au cours de cette période. Un résumé des améliorations globales peut être trouvé ci-dessous.●Hospitalisation – seulement 0,05 % des porcs ont eu besoin d’une hospitalisation, ce qui montre que la majorité des éleveurs identifient et fournissent des soins appropriés (par exemple, le déplacement vers un enclos d’infirmerie) pour les porcs malades●Boiteries- seulement 0,15 % des porcs étaient boiteux, ce qui montre que soit les niveaux de boiterie dans les exploitations sont faibles, soit la majorité des éleveurs identifient et fournissent des soins appropriés (par exemple, le déplacement vers un enclos d’infirmerie) aux porcs affectés ●Queue  – 0,15 % des porcs ont subi de graves dommages à la queue et 72 % des porcs ont eu la queue coupée. Si ce chiffre se compare favorablement à celui d’autres régions du monde où la caudectomie est autorisée, l’industrie porcine cherche à réduire la nécessité de cette opération. Real Welfare fournit une base de preuves à partir de laquelle la filière peut travailler et mesurer un changement positif dans le futur ●Lésions corporelles – seulement 0,18% des porcs présentaient des lésions corporelles graves, ce qui montre que les éleveurs s’occupent bien de ces porcs, et le niveau global est faible ●Enrichissement de l’environnement – le ratio d’enrichissement moyen par enclos était de 0,52, ce qui montre qu’il y a une marge d’amélioration, car l’enrichissement n’est, en moyenne, que légèrement préféré aux congénères et aux aménagements d’enclos. Pour 1 % des porcs, aucun enrichissement n’a été constaté ; ce chiffre montre que des améliorations doivent être apportées, pour se conformer à la législatino● Ces résultats montrent que la grande majorité des exploitations s’attaquent aux problèmes de bien-être ou les ont déjà sous contrôle●La prévalence des principaux résultats en matière d’atteintes au bien-être montre une tendance à la baisse au fil du temps, sauf pour les lésions graves de la queue (dans lesquelles cette tendance à la baisse ne se maintient pas au cours des deux dernières années). Dans le même temps, on observe une légère tendance à la hausse du taux d’utilisation de l’enrichissement, ce qui est souhaitable. Toutefois, il y a encore des progrès à faire, notamment en ce qui concerne la réduction des lésions de la queue et l’augmentation de l’utilisation d’enrichissement ●Il a été constaté que des effets saisonniers influencent la prévalence des cinq résultats en matière de bien-être, et qu’ils ont tendance à varier en fonction du résultat considéré. Les lésions graves de la queue étaient plus fréquentes en automne et au printemps, ce qui correspond à des fluctuations de température plus importantes. Un taux d’utilisation de l’enrichissement plus élevé a été observé en automne et en hiver, ce qui pourrait être associé à une plus grande quantité de litière ●Alors que le pourcentage de porcs présentant un problème de bien-être pourrait être élevé dans les enclos individuels, la prévalence moyenne des différents résultats en matière d’atteinte au bien-être était globalement faible. Cela confirme que lorsque des problèmes sont constatés au cours d’une évaluation, ils sont localisés et non uniformes dans une exploitation. Ils changent également avec le temps●Cette évaluation des résultats de Real Welfare montre que le programme a un impact positif, notamment en fournissant une bonne aide pour réduire les boiteries, les lésions corporelles graves et améliorer la gestion de l’infirmerie.

Résumé en anglais (original) : In the seven years since the instigation of the Real Welfare Scheme (2013–2019), over 13 million pigs have been individually assessed by specially trained vets, providing a credible, benchmarked level of welfare at both an industry and an individual farm level. While there is always more to do, the evidence has shown, on average, the poorest performing farms have improved during this period. A summary of the overall improvements can be found below.●Hospital – only 0.05% of pigs needed hospitalisation, showing that the majority of farmers identify and provide appropriate care (for example, moving to a hospital pen) for affected pigs●Lameness – only 0.15% of pigs were lame, showing that either levels of lameness on farms are low or that the majority of farmers identify and provide appropriate care (for example, moving to a hospital pen) for affected pigs●Tail damage – 0.15% of pigs had severe tail damage and 72% of pigs were docked. While this figure compares favourably to other parts of the world where tail docking is permitted, the pig industry is seeking to reduce the need for tail docking. Real Welfare provides an evidence base that the industry can work from and measure positive change in the future●Body marks – only 0.18% of pigs had severe body marks, showing that farmers deal well with these pigs, and the overall level is low●Environmental enrichment – the average enrichment ratio per pen was 0.52, showing there is scope for improvement, as enrichment is, on average, only slightly preferred to pen mates and pen fittings. For 1% of pigs, no enrichment was seen; this figure shows that improvements must be made, to comply with legislation●The findings show that the vast majority of farms are either addressing welfare issues or already have them under control●Prevalence of the main welfare outcomes shows a decreasing trend over time, except for severe tail lesions (in which this decreasing trend is not maintained in the last couple of years). At the same time, there is a slight increasing trend for the enrichment use ratio, which is desirable. However, there is room for improvement, particularly in reducing tail damage and further increasing enrichment use●Seasonal effects were found to influence the prevalence of all five of the welfare outcomes, and tended to vary according to the welfare outcome that was considered. Severe tail lesions were more prevalent in autumn and spring, corresponding with greater temperature fluctuations. Higher enrichment use ratio was observed in autumn and winter, possibly associated with greater supplies of bedding ●While the percentage of pigs with a welfare issue could be high in individual pens, the mean prevalence of the different welfare outcomes overall was low. This confirms that where issues are found during an assessment, they are localised and not uniform across a farm. They also change over time●This assessment of Real Welfare outcomes shows the scheme provides a positive impact, especially in providing good support to decrease lameness, severe body marks and improve hospital pen management.

Rapport cité dans un article publié le 26 janvier 2021 dans Farming UK : Vast majority of UK pig farms have ‘good levels of welfare’

Extrait du site de l’AHDB