Conduite d'élevage et relations homme-animalInitiatives en faveur du BEA

MEP’s support for caged-farming ban is conditional

Par 10 juin 2021 juin 30th, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Article publié sur le site d’Agriland (Irlande)

Auteur : Bernie Commins

Extrait en français (traduction) : Le soutien d’un député européen à l’interdiction des élevages en cage est conditionnel
Le soutien de Chris MacManus, député européen du Sinn Féin, à l’interdiction progressive de l’élevage en cage en Europe est conditionnel à la réalisation d’une étude d’impact, à la mise en place de soutiens financiers suffisants et à une date de retrait progressif laissant suffisamment de temps pour s’adapter.
Aujourd’hui (jeudi 10 juin), le Parlement européen débat d’une motion de la commission de l’agriculture et du développement rural, issue de l’initiative citoyenne européenne (ICE), End the Cage Age, qui concerne l’interdiction de cette pratique d’ici 2027.


Coûts financiers pour les agriculteurs
L’eurodéputé des Midlands-Northwest a déclaré à Agriland :
“En 2012, l’UE a interdit les cages en batterie, ce qui a nécessité un passage à des cages enrichies plus grandes. Cela a eu un coût financier énorme pour l’industrie et a conduit la moitié des producteurs d’œufs à quitter le secteur. Beaucoup de ceux qui sont restés remboursent encore les dettes contractées pour la conversion de leur installation.”Interdiction des élevages en cage – soutiens
L’eurodéputé Sinn Féin a déclaré qu’il pense que la préférence des consommateurs pour les œufs sans cage dépassera la mise en œuvre de toute législation, de sorte que des soutiens financiers doivent être mis en place maintenant pour aider les producteurs à rester compétitifs. “Pour savoir s’il faut consentir à un retrait progressif de la législation, il faut tenir compte d’un certain nombre de facteurs”, a-t-il ajouté. Tout d’abord, environ 50 % de la production irlandaise d’œufs, qui est de loin le secteur le plus touché, est déjà sans cage. Il s’agit d’un mélange d’élevage en bâtiment, d’élevage en plein air et d’élevage biologique. Par conséquent, le modèle existe déjà et est commercialement viable. Deuxièmement, l’élevage en liberté est déjà la préférence des consommateurs. Si vous regardez ailleurs, comme au Royaume-Uni, Asda, Aldi, Lidl, Morrisons, Iceland et Tesco se sont engagés à ne pas utiliser de cages d’ici 2025, et ce, en raison de la demande des consommateurs. Cette évolution est susceptible de mettre fin à l’utilisation des cages avant toute législation européenne.”
Appréhension
Mais, dit-il, il comprend pourquoi les producteurs irlandais ont de l’appréhension en raison de ce qui s’est passé en 2012. “Dire maintenant à ces entreprises qu’elles doivent repartir de zéro semblerait injuste. Beaucoup de ces entreprises emploient un grand nombre de personnes dans les communautés rurales, des emplois qui ne seraient pas facilement remplacés si le secteur devenait non viable.” Il a ajouté qu’il serait inquiet que ces entreprises ne soient pas prêtes en 2027.
Une période de transition suffisante
Le député européen Fine Gael, Colm Markey, a partagé le même avis. “Le bien-être animal est évidemment quelque chose que je prends au sérieux et c’est un domaine clé dans mon travail en tant que membre de la commission d’enquête du Parlement européen sur le transport des animaux. Nous devons simplement nous assurer que les agriculteurs sont soutenus dans toute transition vers l’abandon de l’élevage en cage.” Il a déclaré qu’il soutiendrait l’interdiction de l’élevage en cage “tant que cela est fait correctement avec une période de transition suffisante qui soit considérée pour chaque espèce spécifiquement. Il existe certaines situations où une utilisation limitée des cages peut être nécessaire pour protéger le bien-être d’autres animaux, ce qui doit également être pris en considération”, a-t-il ajouté.
Des contrôles efficaces des produits importés pour vérifier s’ils respectent les normes européennes en matière de bien-être animal sont également nécessaires, a-t-il ajouté. “Il est important que les produits importés soient conformes aux exigences et aux normes européennes en matière de bien-être animal, afin que notre production de haute qualité ne soit pas remplacée par des importations de faible qualité.”
Il a ajouté que les initiatives telles que l’ICE, sont un “outil important dans les démocraties et il y a clairement un désir du public d’améliorer les normes de bien-être animal, ce qui ne peut être ignoré”.
Évaluation
Ajoutant sa voix, l’eurodéputé Fine Gael Sean Kelly a déclaré à Agriland qu’il souhaiterait que la Commission européenne évalue l’impact – à court et à long terme – d’un tel changement, y compris les coûts, dès que possible. Il a ajouté : “En soi, c’est une cause courageuse et je la soutiens, mais nous devons simplement nous assurer qu’elle est mise en œuvre de la bonne manière, y compris en ce qui concerne la sécurité des animaux. Je suis favorable à une transition des cages vers des systèmes alternatifs dans le cadre d’une période de transition suffisante, de préférence envisagée pour chaque espèce spécifiquement. En outre, nous devrions fortement envisager de donner aux agriculteurs une compensation pour les coûts de production plus élevés si cela est le résultat de la réglementation.”


Extrait en anglais (original) : Sinn Féin MEP Chris MacManus’s support for a phased caged-farming ban across Europe is conditional, based on: the completion of an impact assessment; sufficient financial supports being in place; and the phase-out date allowing enough time for adaption.
Today (Thursday, June 10) the European Parliament are debating an Agriculture and Rural Development Committee motion, resulting from the European Citizens’ Initiative (ECI), End the Cage Age, that relates to banning the practice by 2027.


Financial costs to farmers
The midlands–northwest MEP told Agriland:
“In 2012, the EU banned battery cages, necessitating a move to larger enriched cages. This had a huge financial cost for the industry and resulted in half of egg producers exiting the sector. Many of those who remained are still paying off the debts incurred from converting their facility.”
Caged-farming ban – supports
The Sinn Féin MEP said he believes that consumer preference for cage-free eggs will outpace the implementation of any legislation, so financial supports must be put in place now to help producers remain competitive. “In weighing up whether to consent to a legislative phasing out, a number of factors need to be considered,” he added. Firstly, around 50% of Irish egg production, which is by far the most affected sector, is already cage free. It is a mix of barn, free range and organic. Therefore, the model already exists and is commercially viable. Secondly, cage-free is already consumer preference. If you look elsewhere like in the UK, Asda, Aldi, Lidl, Morrisons, Iceland and Tesco have committed to cage-free by 2025, this is driven by consumer demand. This development is likely to end the use of cages before any EU legislation.”
Apprehensive
But, he said, he understood why Irish producers are apprehensive because of what happened in 2012. “To now tell these enterprises that they have to start again from scratch would appear unjust. Many of these enterprises employ high numbers of people in rural communities, jobs that would not easily be replaced if the sector became unviable.” He added that he would be concerned that such enterprises would not be ready by 2027.
Sufficient transition period
Fine Gael MEP, Colm Markey, shared similar sentiments. “Animal welfare is obviously something I take seriously and it’s a key area in my work as a member of the EU Parliament’s Committee of Inquiry on Animal Transport. We just need to make sure that farmers are supported in any transition away from caged farming.” He said he would support banning caged farming “as long as it is done properly with a sufficient transition period that is considered for each species specifically”. “There are certain situations where limited cage use might be needed in order to protect the welfare of other animals, which also needs consideration,” he added.
Effective controls on imported products to see if they respect EU animal welfare standards are also needed, he said. “It is important that the imported products are compliant with European animal-welfare requirements and standards so that our high-quality production will not be replaced by low-quality imports.”
He added that initiatives such as the ECI, are an “important tool in democracies and clearly there’s an appetite among the public to improve animal welfare standards, which cannot be ignored”.
Assessment
Adding his voice, Fine Gael MEP Sean Kelly told Agriland that he would like the European Commission to assess the impact – short and long-term – of such a change, including costs, as soon as possible. He added: “Inherently, this is a valiant cause and I support it, but we just have to make sure it is implemented in the right way, including the safety of the animals. I support a transition from cages to alternative systems within a sufficient transition period, preferably considered for each species specifically. Moreover, we should strongly consider giving farmers compensation for higher production costs if this is the result of the regulation.”

 

Logo d'AgriLand
Extrait du site d’AgriLand