Logement et Enrichissement

Freedom for sows during farrowing and lactation is the future

Par 16 septembre 2021 septembre 28th, 2021 Pas de commentaire

Extrait : Type de document : Actualité publiée sur The Pig Site

Auteur : Friedrich-Loeffler-Institut

Extrait en français (traduction) : L’avenir, c’est la liberté pour les truies pendant la gestation et la lactation

Le partage des connaissances et des expériences est un élément clé de la réussite de la mise en œuvre des changements à venir dans les bâtiments des truies.

C’est ce qui a été souligné lors de l’atelier international “Freedom in Farrowing and Lactation 2021” (FFL21). (FFL21), où 50 scientifiques et membres de la filière représentant plus de 20 pays d’Europe, d’Asie, d’Australasie et d’Amérique du Nord ont convenu qu’à l’avenir, les truies allaitantes logées à l’intérieur seront libres.

Les trois principaux messages à retenir de la conférence Freedom in Farrowing and Lactation 2021 sont les suivants :

– La liberté pendant la gestation et la lactation devient “comment” et non “quand”.- Le “comment” donne un aperçu de la complexité

– Le partage des connaissances et des expériences est bénéfique pour tous.

Les principales questions soulevées lors de ce séminaire sont les suivantes :

– Le directeur de SEGES, Christian Fink Hansen, a souligné que “nous sommes passés de “si les truies en lactation doivent être logées en liberté” à “peut-être et quand” et maintenant il s’agit plutôt de “comment”. Il est acquis que les truies danoises seront logées en liberté – et à l’intérieur – pendant la période d’allaitement – et que les solutions doivent être basées sur la recherche pour garantir des systèmes robustes”.

Les pays et les scientifiques sont de plus en plus conscients de la complexité de la transition vers des truies en liberté. Les décideurs politiques doivent en tenir compte dans le futur processus législatif de l’initiative “End the Cage Age” afin de garantir des décisions fondées sur la science.

– Johannes Baumgartner, professeur à Vetmeduni, Vienne, a souligné la complexité du défi global que représente la modification des systèmes pour répondre à tous les besoins en matière de durabilité (environnementale, sociétale et financière). Les défis au niveau des caractéristiques spécifiques comprennent à la fois la conception et la gestion des logements : comment permettre la construction de nids, utiliser ou non le confinement à court terme, quel espace doit être disponible pour les truies, comment optimiser les conditions de travail et comment gérer les portées de grande taille.

“Une collaboration hautement coordonnée entre les scientifiques est nécessaire pour résoudre ces problèmes. Cela doit impliquer les sciences environnementales, techniques, sociales et animales, ainsi qu’une collaboration étroite et essentielle entre les scientifiques, les producteurs de porcs et les entreprises d’équipement agricole”, a résumé le professeur Sandra Edwards à la fin de l’atelier.

– Comme l’a souligné le président de l’association suédoise des éleveurs de porcs, Mattias Espert : “Pour progresser, il faudra partager les connaissances à tous les niveaux. Mes collègues suédois et moi-même, qui pratiquons déjà la mise bas libre, pouvons partager les leçons que nous avons tirées de la transition.”

Il a mentionné que les opportunités du marché suédois ont été mal évaluées dans le passé, et que la production porcine en Suède a diminué de 14 000 producteurs en 1990 à 1 000 producteurs en 2021.

Les participants à l’atelier ont conclu que l’échange de connaissances doit inclure à la fois des résultats scientifiques et des expériences pratiques au sujet des truies élevées en liberté, de la motivation du personnel à passer à des systèmes de bien-être plus élevés, de la mortalité des porcelets dans différents systèmes d’enclos, de la manière de fournir des matériaux de construction de nids, des émissions des enclos et bien plus encore. La connaissance des avantages et des inconvénients des systèmes existants aidera les autres à se décider pour un nouveau système.

Extrait en anglais (original) : Sharing knowledge and experiences is a key component of success in implementing the forthcoming changes in sow housing

This was highlighted at the international workshop “Freedom in Farrowing and Lactation 2021” (FFL21) where 50 scientists and industry personnel representing over 20 countries across Europe, Asia, Australasia and North America all agreed that in the future lactating sows housed indoors will be loose.

The three main take home messages from Freedom in Farrowing and Lactation 2021 were:

– Freedom in farrowing and lactation is becoming ‘how’ and not ‘when’

– ‘How’ gives insight to the complexity

– Sharing knowledge and experience is win-win

Key issues raised at the workshop included:

– SEGES director Christian Fink Hansen highlighted how “We’ve come from ‘if lactating sows are to be loose housed’ to ‘maybe and when’ and now it is more about ‘how’. It is given that Danish sows will be loose – and indoor – in the suckling period – and that the solutions must be based on research to ensure robust systems”.

Across countries and scientists there is a growing understanding of how complex a transition towards loose lactating sows is. This has to be considered by policy makers in the future legislative process of the “End the Cage Age” initiative to ensure science-based decisions.

– Professor at Vetmeduni, Vienna, Johannes Baumgartner outlined the complex overall challenge of changing systems to meet all the needs for sustainability (environmental, societal and financial). Challenges at specific feature level include both housing design and management: how to enable nestbuilding, do we use short term confinement or not, what space should be available for sows, how do we optimize work conditions and how do we manage large litter sizes.

“A highly coordinated collaboration amongst scientists is needed to solve these issues. This has to involve environmental, technical, social and animal science, as well as an essential close collaboration between scientists, pig producers and farm equipment companies” as summed up by Prof. Sandra Edwards at the end of the workshop.

– As highlighted by chairman of the Swedish Pig Association, Mattias Espert: “Successful progress will need knowledge-sharing at all levels. I and my Swedish colleagues, who already have loose farrowing, can share our lessons learned during transition.”

He mentioned that the Swedish market opportunities were mis-judged in the past, and the pig production in Sweden decreased from 14,000 producers in 1990 to 1,000 producers in 2021.

Workshop participants concluded, that knowledge exchange must include both scientific results and practical experiences on having loose sows, motivation for staff to change to higher welfare systems, piglet mortality in different pen systems, how to provide nestbuilding-materials, emissions from pens and much more. Awareness of the pros and cons of existing systems will help others decide on a new system.

Logo du site The Pig Site
Extrait de The Pig Site