Génétique

Ancestry-inclusive dog genomics challenges popular breed stereotypes

Par 29 avril 2022 mai 12th, 2022 Pas de commentaire

Type de document : Article scientifique publié dans Science

Auteurs : Kathleen Morrill, Jessica Hekman, Xue Li, Jesse McClure, Brittney Logan, Linda Goodman, Mingshi Gao, Yinan Dong, Marjie Alonso, Elena Carmichael, Noah Snyder-Mackler, Jacob Alonso, Hyun Ji Noh, Jeremy Johnson, Michele Koltookian, Charlie Lieu, Kate Megquier, Ross Swofford, Jason Turner-Maier, Michelle E. White, Zhiping Weng, Andrés Colubri, Diane P. Genereux , Kathryn A. Lord, Elinor K. Karlsson

Résumé en français (traduction) : La génomique canine, qui tient compte de l’ascendance, remet en question les stéréotypes populaires sur les races.
Les races modernes de chiens domestiques n’ont qu’environ 160 ans et sont le résultat d’une sélection pour des traits esthétiques spécifiques. Pour étudier comment la génétique s’aligne sur les caractéristiques de race, Morrill et al. ont séquencé l’ADN de plus de 2000 chiens de race pure et de races mixtes. Ces données, associées aux enquêtes menées auprès des propriétaires, ont été utilisées pour cartographier les gènes associés aux traits comportementaux et physiques. Bien que de nombreux traits physiques aient été associés aux races, le comportement était beaucoup plus variable d’un chien à l’autre. En général, l’héritabilité des traits physiques était un meilleur indicateur de la race, mais pas nécessairement de l’ascendance de la race chez les bâtards. Parmi les traits comportementaux, l’aptitude à l’obéissance, c’est-à-dire la capacité des chiens à répondre aux ordres de l’homme, était la plus héritable selon la race, mais variait considérablement d’un chien à l’autre. Ainsi, la race du chien est généralement un mauvais prédicteur du comportement individuel et ne doit pas être utilisée pour éclairer les décisions relatives au choix d’un chien de compagnie.

Résumé en anglais (original)) : Modern domestic dog breeds are only ~160 years old and are the result of selection for specific cosmetic traits. To investigate how genetics aligns with breed characteristics, Morrill et al. sequenced the DNA of more than 2000 purebred and mixed-breed dogs. These data, coupled with owner surveys, were used to map genes associated with behavioral and physical traits. Although many physical traits were associated with breeds, behavior was much more variable among individual dogs. In general, physical trait heritability was a greater predictor of breed but was not necessarily a predictor of breed ancestry in mutts. Among behavioral traits, biddability—how well dogs respond to human direction—was the most heritable by breed but varied significantly among individual dogs. Thus, dog breed is generally a poor predictor of individual behavior and should not be used to inform decisions relating to selection of a pet dog.

Publication ayant donné lieu à des actualités dans Science le 28 avril 2022 :  Your dog’s breed doesn’t determine its personality, study suggests

Logo du journal Science
Extrait du site de Science