Cognition-émotions

Bees may feel pain

Par 27 juillet 2022 août 10th, 2022 Pas de commentaire

Type de document : article publié dans Science.

Auteur : Virginia Morell

Extrait en français (traduction) : Les abeilles pourraient ressentir la douleur
Une étude suggère que tous les insectes pourraient être sensibles. Nous écrasons les abeilles pour éviter les piqûres douloureuses, mais ressentent-elles la douleur que nous leur infligeons ? Une nouvelle étude suggère que oui, ce qui pourrait indiquer qu’elles et d’autres insectes sont sentients, c’est-à-dire qu’ils sont conscients de leurs émotions. « C’est un travail impressionnant » qui a des implications importantes, déclare Jonathan Birch, philosophe et expert en sentience animale à la London School of Economics, qui n’a pas participé à la rédaction de l’article. Si l’étude se confirme, dit-il, « le monde contient beaucoup plus d’êtres sentients que nous ne l’avions jamais imaginé ».
Des recherches antérieures ont montré que les abeilles domestiques et les bourdons sont des créatures intelligentes et innovantes. Elles comprennent le concept de zéro, peuvent faire des calculs simples et distinguer les visages humains (et probablement aussi ceux des abeilles). Elles sont généralement optimistes lorsqu’elles réussissent à butiner, mais peuvent devenir déprimées si elles sont momentanément piégées par une araignée prédatrice. Même lorsqu’une abeille échappe à une araignée, « son comportement change ; pendant les jours qui suivent, elle a peur de chaque fleur », explique Lars Chittka, spécialiste des sciences cognitives à l’université Queen Mary de Londres, dont le laboratoire a réalisé cette étude ainsi que la nouvelle recherche.  » Elles ont fait l’expérience d’un état émotionnel « .
Pour savoir si ces émotions incluent la douleur, Chittka et ses collègues ont examiné l’un des critères couramment utilisés pour définir la douleur chez les animaux : les « compromis motivationnels ». Par exemple, les gens endureront la douleur de la fraise du dentiste pour bénéficier à plus long terme de dents saines. […]. L’équipe de Chittka a donné à 41 bourdons (Bombus terrestris) le choix entre deux nourrisseurs de haute qualité contenant une solution sucrée à 40 % et deux nourrisseurs contenant des pourcentages plus faibles de saccharose. Les chercheurs ont placé les nourrisseurs dans une arène d’essai sur des coussins chauffants individuels de couleur rose ou jaune. Au départ, tous les coussins chauffants étaient éteints ; les bourdons entraient dans l’arène un par un et échantillonnaient les nourrisseurs. Ils devaient boire une gorgée de chaque aliment pour détecter la quantité de sucre. Tous ont préféré les nourrisseurs contenant le plus de sucre.
Les scientifiques ont ensuite chauffé à 55°C les coussinets jaunes situés sous deux des nourrisseurs à forte teneur en saccharose (les températures supérieures à 44°C peuvent être fatales aux insectes) ; les nourrisseurs situés sur les coussinets roses sont restés froids. Pour une abeille, se poser sur un tapis jaune chaud serait comme « toucher une plaque chauffante », explique l’auteur principal, Matilda Rose Gibbons, neuroscientifique du comportement et doctorante dans le laboratoire de Chittka. Mais les bourdons capables de résister à la douleur obtiendraient également plus de sucre. Lorsqu’ils avaient le choix entre des nourrisseurs chauds et riches en sucre et des nourrisseurs frais et pauvres en sucre, les bourdons choisissaient les premiers, rapportent aujourd’hui les scientifiques dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. « Si le sucre était superconcentré, les bourdons supportaient davantage la douleur », explique M. Gibbons. « Ils pouvaient s’en aller quand ils le voulaient, mais ils ne le faisaient pas. Obtenir ce sucre était une motivation énorme. » Lorsque les nourrisseurs chauds et froids contenaient des solutions à forte teneur en sucre, les bourdons évitaient celles qui se trouvaient sur les coussinets jaunes, ce qui prouve qu’ils utilisent leur mémoire associative pour choisir l’endroit où se nourrir, rapportent les scientifiques.
Outre les crustacés, « il s’agit de la première démonstration directe que les arthropodes » – un groupe qui comprend également les insectes et les araignées – « peuvent également faire des compromis », déclare M. Birch. Il qualifie l’étude d' »intellectuellement fascinante » et d' »éthiquement importante », étant donné l’intérêt croissant pour l’élevage d’insectes destinés à la consommation humaine et l’absence totale de « recherche sur les besoins de bien-être des insectes ».
On ne sait toujours pas si les abeilles ressentent réellement ce que nous appelons la douleur ; les scientifiques soulignent que leur étude n’apporte pas de « preuve formelle » de cette capacité. Étant donné la nature subjective de la douleur, « prouver que les insectes la ressentent est probablement impossible », déclare Greg Neely, généticien du comportement à l’université de Sydney. Il a montré que le système nerveux des mouches à fruits peut ressentir une douleur chronique, mais il doute que les insectes disposent des systèmes neurologiques permettant d’enregistrer la douleur comme une émotion complexe. Il n’est probablement pas possible de prouver définitivement que les insectes ressentent mentalement la douleur, convient Jennifer Mather, zoologiste et spécialiste des céphalopodes à l’université de Lethbridge, dont les études ont contribué à prouver que ces animaux sont sentients. Néanmoins, étant donné que les insectes représentent au moins 60 % de tous les animaux, elle affirme : « Nous ne pouvons pas les ignorer. L’anthropocentrisme de la science occidentale rejette encore l’idée de se préoccuper des « invertébrés muets ». Des articles comme celui-ci vont progressivement ébranler cette attitude égocentrique. »

Extrait en anglais (original) : We swat bees to avoid painful stings, but do they feel the pain we inflict? A new study suggests they do, a possible clue that they and other insects have sentience—the ability to be aware of their feelings.
“It’s an impressive piece of work” with important implications, says Jonathan Birch, a philosopher and expert on animal sentience at the London School of Economics who was not involved with the paper. If the study holds up, he says, “the world contains far more sentient beings than we ever realized.”
Previous research has shown honey bees and bumble bees are intelligent, innovative, creatures. They understand the concept of zero, can do simple math, and distinguish among human faces (and probably bee faces, too). They’re usually optimistic when successfully foraging, but can become depressed if momentarily trapped by a predatory spider. Even when a bee escapes a spider, “her demeanor changes; for days after, she’s scared of every flower,” says Lars Chittka, a cognitive scientist at Queen Mary University of London whose lab carried out that study as well as the new research. “They were experiencing an emotional state.” To find out whether these emotions include pain, Chittka and colleagues looked at one of the criteria commonly used for defining pain in animals: “motivational trade-offs.” People will endure the pain of a dentist’s drill for the longer term benefits of healthy teeth, for example. […]Chittka’s team gave 41 bumble bees (Bombus terrestris) a choice between two high-quality feeders containing a 40% sugar solution and two feeders with lower percentages of sucrose. The researchers placed the feeders in a testing arena on top of individual heating pads colored pink or yellow. Initially, all the heating pads were turned off; the bees entered the arena one at a time and sampled the feeders. They had to sip from each one to detect the amount of sugar. All preferred the feeders with the most sugar. The scientists then warmed up the yellow pads beneath two of the high sucrose feeders to 55°C (a temperature high enough to cause the bees to consider leaving, but not so high as to cause injuries); feeders on the pink pads stayed cool. For a bee, landing on a hot yellow pad would be like us “touching a hot plate,” says lead author Matilda Rose Gibbons, a behavioral neuroscientist and Ph.D. student in Chittka’s lab. But bees that could withstand the pain would also get more sugar.
When given a choice between hot, sugar-rich feeders and cool, low-sugar feeders, the bees chose the former, the scientists report today in the Proceedings of the National Academy of Sciences. “If the sugar was superconcentrated, the bees would put up with more pain,” Gibbons says. “They could walk away whenever they wanted, but they didn’t. Getting that sugar was a huge motivator.” When both the hot and cool feeders held high-sugar solutions, the bees avoided those on the yellow pads—demonstrating they used associative memories when choosing where to feed, the scientists report.
Besides crustaceans, “This is the first direct demonstration that arthropods”—a group that also includes insects and spiders—“can also do trade-offs,” Birch says. He calls the study “intellectually fascinating” and “ethically important,” given growing interest in farming insects for human consumption—and the complete lack of “research into the welfare needs of insects.”
Still, it remains unclear whether bees really feel what we call pain; the scientists point out that their study does not provide “formal proof” of this ability. Given its subjective nature, “proving that insects feel pain is probably impossible,” says Greg Neely, a behavioral geneticist at the University of Sydney. He has shown fruit flies’ nervous systems can experience chronic pain, but he doubts that insects have the neurological systems to allow pain to register as a complex emotion.
Definitively proving insects mentally feel pain probably isn’t possible, agrees Jennifer Mather, a zoologist and cephalopod expert at the University of Lethbridge whose studies helped prove those animals are sentient. Nevertheless, given that insects represent at least 60% of all animals, she says, “We can’t ignore them. There is still anthropocentrism in Western science that rejects the idea of caring about ‘dumb invertebrates.’ Papers like this one will gradually chip away at this self-centered attitude.”

Logo du journal Science
Extrait du site de Science