Expertise / Avis

< Retour à tous les travaux

Relation entre les odeurs sexuelles et l’âge d’abattage des porcs


Porcs

Espèce concernée : Porcs

Téléchargements :

Titre complet : Avis du CNR BEA relatif à l’âge d’abattage de porcs mâles entiers et maîtrise du risque d’apparition d’odeur de verrat
Commanditaire
: Bureau de la Protection Animale (BPA) – Direction Générale de l’Alimentation (DGAL) – Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation
Date de saisine : 30/04/2018
Date de rendu : 21/12/2019

Contexte de saisine

Le CNR BEA a été sollicité par la DGAL le 30 avril 2018 dans le but de réaliser une synthèse bibliographiques des connaissances scientifiques et techniques disponibles concernant la relation entre l’âge d’abattage des porcs non castrés et l’apparition d’odeurs sexuelles associées.

Cette synthèse bibliographique avait pour finalité de justifier ou au contraire injustifier la mise en place d’une expérimentation prévue pour déterminer l’âge jusqu’auquel il est possible d’abattre des porcs non castrés sans risque d’odeur sexuelle.

Principales conclusions du CNR BEA

1. D’après la bibliographie, il est clair que le poids (au travers de l’âge et de l’avancement de la puberté) a un impact direct (androsténone) et indirect (scatol) sur l’odeur de verrat.

2. Réduire le poids à l’abattage peut donc être utilisé comme un levier pour réduire le risque d’odeur. Cependant, ce levier est loin d’être suffisant car de nombreux facteurs autres que l’âge et le poids influent sur la concentration en composés odorants des verrats.

3. Plusieurs voies de réponses peuvent être proposées pour réduire le risque d’odeur de verrat à un seuil acceptable :

  • effectuer un travail de sélection génétique (choix de génotypes les moins à risques et sélection génétique intra-génotype) afin de limiter la production d’androsténone,
  • optimiser les conditions d’élevage permettrait de limiter la production et l’absorption de scatol (autant pour les verrats que pour les mâles castrés et les truies).

4. Il parait néanmoins difficile de réduire totalement le risque d’odeur des carcasses de verrats. Il semble donc important de mener une réflexion sur l’utilisation des carcasses ayant une odeur.