Logement et Enrichissement

Enrichment use in finishing pigs and its relationship with damaging behaviours: Comparing three wood species and a rubber floor toy

Par 15 mars 2020 mai 25th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : article scientifique publié dans Applied Animal Behaviour Science

Auteurs : Jen-Yun Chou, Rick B. D’Eath, Dale Andrew Sandercock, Keelin O’Driscoll

Résumé en français (traduction) : L’enrichissement de l’environnement dans les porcheries est une obligation légale en vertu de la législation européenne actuelle, mais certains matériaux en vrac recommandés peuvent causer des problèmes d’obstruction dans les systèmes à caillebotis. Le bois est un matériau organique qui pourrait être compatible avec les systèmes à caillebotis. Cette étude a examiné l’utilisation de l’enrichissement chez les porcs en finition (trois espèces de bois et un jouet de sol en caoutchouc) et a étudié la relation entre l’utilisation et les comportements nuisibles, ainsi que les mesures physiologiques et physiques du stress et des blessures. La variation individuelle de l’utilisation de l’enrichissement dans l’enclos a également été étudiée. Les porcs (12 semaines ; semaine 0) ont été logés dans 40 enclos de sept porcs (n = 280). L’un des quatre éléments d’enrichissement différents (un barreau en bois d’épicéa, de mélèze ou de hêtre, ou un jouet de sol en caoutchouc) a été attribué au hasard à chaque enclos (10 enclos/traitement). Le comportement de chaque porc marqué individuellement a été observé en continu à partir d’enregistrements vidéo pris à six occasions différentes (deux fois pendant les semaines 2, 4 et 7 ; 1 h par occasion). Les scores individuels des lésions de la queue/des oreilles et de coloration des larmes ont été enregistrés toutes les deux semaines. Des échantillons de salive pour l’analyse du cortisol ont été obtenus de trois porcs de référence par enclos toutes les deux semaines. Ces porcs ont été sélectionnés sur la base de la latence de l’approche de l’expérimentateur le premier jour d’échantillonnage et classés comme « Approche », « Neutre » ou « Évite ». Les carcasses ont été inspectées pour détecter les lésions de la queue et les éventuels dommages buccaux. Le temps passé à utiliser l’enrichissement était plus élevé chez les porcs avec des jouets en épicéa et en caoutchouc qu’avec des jouets en mélèze et en hêtre (P < 0,001). L’épicéa a été utilisé le plus rapidement et était la plus tendre des essences de bois (P < 0,001). L’utilisation élevée de l’épicéa n’était pas due à une utilisation élevée constante par certains porcs. Aucun effet du traitement sur un autre comportement n’a été enregistré, mais l’utilisation de l’enrichissement a été positivement corrélée avec les comportements nuisibles au niveau des enclos (P < 0,001). Les porcs à jouet en épicéa présentaient des scores de lésions de la queue légèrement plus graves que ceux à jouet en hêtre (P < 0,05). Le cortisol salivaire n’a pas varié d’un traitement à l’autre, mais était plus élevé chez les porcs « Évite » que chez les porcs « Approche » (P = 0,04). Aucune lésion buccale claire pouvant être attribuée à l’utilisation du bois n’a été constatée. En étudiant l’utilisation de l’enrichissement à la fois au niveau de l’enclos et au niveau individuel, on a obtenu une image plus complète de la manière dont les porcs ont utilisé l’enrichissement. Le bois semble être un matériau sûr à utiliser comme enrichissement de l’environnement pour les porcs et une espèce de bois plus tendre a été préférée par les porcs avec une préférence égale pour le jouet de sol en caoutchouc.

Résumé en anglais (original) : Environmental enrichment in pig housing is a legal requirement under current EU legislation, but some recommended loose materials may cause obstructions in fully-slatted systems. Wood is an organic material that could be compatible with slatted systems. This study investigated enrichment use in finishing pigs (three wood species and a rubber floor toy) and explored the relationship between use and damaging behaviours, and physiological and physical measures of stress and injury. Individual variation in enrichment use within pen was also investigated. Pigs (12 weeks old; week 0) were housed in 40 pens of seven pigs (n = 280). One of four different enrichment items (one spruce, larch, or beech wooden post, or rubber floor toy) was randomly assigned to each pen (10 pens/treatment). The behaviour of each individually marked pig was observed continuously from video recordings taken on six different occasions (twice during week 2, 4 and 7; 1 h per occasion). Individual tail/ear lesion and tear staining scores were recorded every 2 weeks. Saliva samples for cortisol analysis were obtained from three focal pigs per pen every 2 weeks. These focal pigs were selected based on the latency to approach the experimenter on the first sampling day and classified as ‘Approach’, ‘Neutral’ or ‘Avoid’. Carcasses were inspected for tail lesions and potential oral damage. Time spent using enrichment was higher in pigs with spruce and rubber toy than with larch and beech (P < 0.001). Spruce was used up the most quickly and was the softest of the wood species (P < 0.001). High use of spruce was not due to consistent high use by certain pigs. No treatment effect on any other behaviour was recorded, but enrichment use was positively correlated with damaging behaviours at pen level (P < 0.001). Spruce pigs had slightly more severe tail lesion scores than Beech (P < 0.05). Salivary cortisol did not differ between treatments but was higher in ‘Avoid’ than ‘Approach’ pigs (P = 0.04). No clear oral damage that could be attributed to using wood was found. By investigating enrichment use at both pen and individual level, a more complete picture was obtained of how pigs used the enrichment. Wood appears to be a safe material to use as environmental enrichment for pigs and a softer wood species was preferred by pigs with equal preference for the rubber floor toy.

Extrait du site de Applied Animal Behaviour Science