Réglementation

Parlement européen: Réponse écrite à la question P-000126/2020 :Import of frozen fatty livers used for foie gras production

Par 23 mars 2020 avril 8th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : réponse de la Commission européenne

Auteurs : Question : Anja Hazekamp, Petras Auštrevičius. Réponse : Ms Kyriakides au nom de la Commission européenne

Question en français (traduction) : Les données de la direction générale de l’agriculture et du développement rural (DG AGRI) montrent que les foies gras congelés utilisés pour la production de foie gras sont régulièrement importés dans l’UE en provenance d’Ukraine. Ces importations ont connu une croissance exponentielle, passant de 1 tonne en 2014 à près de 50 tonnes en 2018.

Selon la Commission, malgré l’interdiction de la directive 58/98/CE, la production de foie gras par gavage est toujours autorisée dans certains États membres sur la base des dérogations contenues dans les recommandations du Conseil de l’Europe de 1999 applicables aux canards et aux oies utilisés pour la production de foie gras, pour les pays qui produisaient du foie gras par gavage à l’époque. Seuls cinq États membres de l’UE autorisent encore le gavage.

Non seulement l’Ukraine est membre du Conseil de l’Europe, mais, dans le cadre de l’accord d’association UE-Ukraine, elle est également tenue de se conformer pleinement à la législation européenne sur le bien-être des animaux.

1 La Commission peut-elle communiquer les documents fournis par les autorités ukrainiennes pour montrer que la production de foie gras par gavage était en place en Ukraine en 1999 ?

2 La Commission convient-elle que, sans ces preuves, l’importation de foies gras d’Ukraine engraissés par gavage serait contraire à la fois aux recommandations du Conseil de l’Europe et à la législation de l’UE ?

Réponse en français (traduction) : La directive 98/58/CE concernant la protection des animaux dans les élevages n’interdit pas la production de foie gras dans l’Union. Conformément à l’article 3 de cette directive, les États membres prennent des dispositions pour que les propriétaires ou détenteurs prennent toutes les mesures raisonnables pour que les espèces d’élevage ne subissent aucune douleur, souffrance ou blessure inutile.

L’Ukraine n’a pas encore ratifié la Convention européenne sur la protection des animaux dans les élevages du Conseil de l’Europe, dans le cadre de laquelle le comité permanent de cette convention a adopté les recommandations mentionnées par l’Honorable Parlementaire. L’accord d’association entre l’UE et l’Ukraine n’exige pas que l’Ukraine ratifie cette convention. La ratification de traités internationaux par des pays tiers est une procédure interne régie par le droit national de ces pays.

Dans ce contexte, l’importation de foies gras congelés pour la production de foie gras en provenance d’Ukraine ne semble pas enfreindre l’accord d’association entre l’UE et l’Ukraine.

indique une clairance plus lente de la BSP  (bromosulfophtaléine), une demi-vie plus longue de la BSP et une augmentation des enzymes hépatiques à la fin de la période de gavage, sont autant de preuves évidentes de pathologie clinique ». Le fait que la production de foie gras soit considérée comme légale dans certains pays n’annule pas les autres normes de l’UE en matière de santé animale, de bien-être animal et de sécurité alimentaire. Je voudrais donc poser à la Commission les questions suivantes :

1 Si elle était déjà en possession de ces informations, quelles mesures a-t-elle prises pour mettre fin à une pratique qui est susceptible de provoquer une pathologie clinique chez les animaux d’élevage ?

2 Si elle n’était pas au courant de la déclaration susmentionnée, comment compte-t-elle y répondre ?

3 Considère-t-elle que les aliments produits à partir d’animaux présentant une pathologie clinique sont propres à la consommation humaine ?

Réponse en français (traduction) : La Commission a connaissance du rapport mentionné par l’Honorable Parlementaire et publié en 2015. Toutefois, les scientifiques ont des opinions différentes quant à la mesure dans laquelle le bien-être des animaux est compromis lors de la production de foie gras.

L’article 13 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne stipule que : « Dans la formulation et la mise en œuvre des politiques de l’Union dans les domaines de l’agriculture, de la pêche, des transports, du marché intérieur, de la recherche et du développement technologique et de l’espace, l’Union et les États membres tiennent pleinement compte, en tant qu’êtres sensibles, des exigences du bien-être des animaux, tout en respectant les dispositions législatives ou administratives et les usages des États membres en matière notamment de rites religieux, de traditions culturelles et de patrimoines régionaux ». Certains États membres considèrent la production de foie gras comme une tradition culturelle et un patrimoine régional que l’Union doit respecter.

La Commission n’a pas connaissance d’éléments indiquant que le foie gras présente un risque pour la consommation humaine.

Logo du Parlement européen
Extrait du site du Parlement européen