Cognition-émotionsGénétique

Effects of Maternal Stress on Measures of Anxiety and Fearfulness in Different Strains of Laying Hens

Par 27 mars 2020 avril 28th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : article scientifique publié dans Frontiers in Veterinary Science

Auteurs : Mariana R. L. V. Peixoto, Niel A. Karrow, Amy Newman, Tina M. Widowski

Résumé en français (traduction) : Le stress maternel peut affecter les jeunes oiseaux, peut-être en raison du dépôt d’hormones dans l’œuf. En outre, la diversité phénotypique résultant de la domestication et de la sélection pour la productivité a créé une variété de lignées de volailles qui peuvent faire face au stress de manière différente. Dans cette étude, nous avons étudié les effets du stress maternel sur le comportement de différentes souches de poules pondeuses et le rôle de la corticostérone en tant que médiateur. Pour ce faire, des œufs fécondés de cinq lignées génétiques – deux brunes (Brown 1 et 2), deux blanches (White 1 et 2) et une lignée pure White Leghorn – ont été élevés de manière identique en quatre lots de 27 oiseaux (24F : 3M) par souche. Chaque souche a été séparée en deux groupes de manière égale : Le groupe « Stress maternel » (« MS »), où les poules étaient soumises à une série de facteurs de stress psychologiques aigus quotidiens pendant 8 jours avant le ramassage des œufs, et le groupe « Contrôle », qui a fait l’objet d’un élevage de routine. Les œufs fertiles des deux traitements ont été collectés à trois âges différents pour former différents groupes de jeunes qui ont été traités comme des réplicats ; des œufs supplémentaires du groupe « Contrôle » ont été injectés soit avec de la corticostérone diluée dans une solution véhicule (« CORT »), soit simplement « Véhicule ». Les œufs de chaque réplicat ont été incubés et éclos, et la descendance (N = 1 919) a été élevée dans des conditions identiques. Afin de mesurer les effets du stress maternel sur l’anxiété et les comportements de peur, la descendance a été soumise à un test d’isolement social (IS) entre 5 et 10 jours et à un test d’immobilité tonique (IT) à l’âge de 9 semaines. Dans la lignée White 2, le groupe MS a diminué le nombre de vocalisations de détresse par rapport au groupe témoin lors du test IS. Aucun effet du groupe MS n’a été observé dans le test IT, et aucun effet de la CORT n’a été observé dans aucun des tests. Dans l’ensemble, les lignées brunes ont émis plus de vocalisations en IS et sont restées plus longtemps en IT que les lignées blanches, ce qui suggère des différences génétiques dans le comportement de peur. Les femelles ont plus vocalisé que les mâles dans l’IT et ont montré une tendance à la signification pour le même trait dans l’IS. Dans l’ensemble, les résultats suggèrent que les effets du stress maternel sur la peur ne sont pas directement médiés par la corticostérone. En outre, ils mettent en évidence des différences de comportement entre les différentes souches de poules pondeuses, ce qui suggère que les réactions de peur dépendent fortement du génotype.

Résumé en anglais (original) : Maternal stress can affect the offspring of birds, possibly due to hormone deposition in the egg. Additionally, phenotypic diversity resulting from domestication and selection for productivity has created a variety of poultry lines that may cope with stress differently. In this study, we investigated the effects of maternal stress on the behavior of different strains of laying hens and the role of corticosterone as its mediator. For this, fertilized eggs of five genetic lines—two brown (Brown 1 and 2), two white (White 1 and 2), and one pure line White Leghorn—were reared identically as four flocks of 27 birds (24F: 3M) per strain. Each strain was equally separated into two groups: Maternal Stress (“MS”), where hens were subjected to a series of daily acute psychological stressors for 8 days before egg collection, and “Control,” which received routine husbandry. Fertile eggs from both treatments were collected at three different ages forming different offspring groups that were treated as replicates; additional eggs from Control were injected either with corticosterone diluted in a vehicle solution (“CORT”) or just “Vehicle.” Eggs from each replicate were incubated and hatched, and offspring (N = 1,919) were brooded under identical conditions. To measure the effects of maternal stress on anxiety and fear-like behavior, offspring were subjected to a social isolation test (SI) between 5 and 10 days of age and a tonic immobility test (TI) at 9 weeks of age. Compared to Control, MS decreased the number of distress vocalizations emitted by White 2 in SI. No effects of MS were observed in TI, and no effects of CORT were observed in any tests. Overall, brown lines vocalized more in SI and remained in TI for a longer duration than white strains, suggesting genetic differences in fear behavior. Females vocalized more than males in TI and showed a trend toward significance for the same trait in SI. Overall, results suggest that the effects of maternal stress on fearfulness are not directly mediated by corticosterone. Moreover, it highlights behavioral differences across various strains of laying hens, suggesting that fear responses are highly dependent on genotype.

Logo de Frontiers in Veterinary Science
Extrait du site de Frontiers in Veterinary Science