Prise en charge de la douleur

Mouth Pain in Horses: Physiological Foundations, Behavioural Indices, Welfare Implications, and a Suggested Solution

Par 29 mars 2020 juin 10th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : article scientifique publié dans Animals

Auteur : David J. Mellor

Résumé en français (traduction) : L’hypothèse abordée ici est que, bien que les chevaux avec mors soient considérés par de nombreux cavaliers comme étant largement exempts de douleurs buccales liées aux mors, il semble probable que la plupart des signes comportementaux de ces douleurs ne soient tout simplement pas reconnus. Des informations de base sont fournies sur les points suivants : les principales caractéristiques de la génération et de l’expérience de la douleur ; l’implication cérébro-corticale dans l’expérience consciente de la douleur par les mammifères ; les nombreuses autres expériences subjectives que les mammifères peuvent avoir ; les réponses physiologiques complémentaires à la douleur ; certaines caractéristiques générales des réponses comportementales à la douleur ; et les bases neurales des sensations générées dans la bouche. La douleur buccale chez les chevaux est ensuite abordée. Les domaines considérés excluent les maladies dentaires, mais ils incluent la stimulation des récepteurs de la douleur par les mors dans l’espace interdentaire, la langue, les commissures de la bouche et la muqueuse buccale. La compression, la lacération, l’inflammation, l’entrave à la circulation sanguine des tissus et l’étirement des tissus sont considérés comme des stimuli nocifs. La grande sensibilité à la douleur de l’espace interdentaire est décrite, ainsi que l’augmentation probable de la sensibilité à la douleur due au contact répété des mors avec des ecchymoses, des coupures, des déchirures et/ou des ulcères, où qu’ils soient situés dans la bouche. Les indices comportementaux de la douleur buccale sont ensuite identifiés en comparant les comportements des chevaux lorsqu’ils portent des brides avec mors, lorsqu’ils passent de brides avec mors à des brides sans mors et lorsqu’ils se déplacent librement sans mors dans la nature. Les comportements indicatifs observés concernent les mouvements de la bouche, la position de la tête et du cou et l’expression du visage (« visage douloureux »), ainsi que les mouvements corporels et allures caractéristiques. Les effets de la douleur liée aux mors sur le bien-être comprennent la nocivité de la douleur elle-même ainsi que l’anxiété probable lors de l’anticipation de la douleur et la peur ressentie, surtout si la douleur est intense. En outre, certains comportements buccaux entravent la circulation de l’air dans les voies respiratoires supérieures, ce qui a des effets néfastes sur le passage de l’air dans les poumons. Dans ce cas, ils augmentent la résistance au flux d’air et diminuent l’échange gazeux alvéolaire, ce qui donne lieu à des expériences étouffantes d’essoufflement. En outre, l’essoufflement est une conséquence probable des angles de mâchoire inférieure généralement maintenus au cours du dressage. Si elle est sévère, comme dans le cas de la douleur, la possibilité d’essoufflement est susceptible de provoquer de l’anxiété et l’expérience directe de l’essoufflement de provoquer de la peur. Les composantes connexes du compromis sur le bien-être impliquent donc probablement la douleur, l’essoufflement, l’anxiété et la peur. Enfin, une stratégie en 12 points est proposée pour donner une plus grande impulsion à une adoption plus large des brides sans mors afin d’éviter les douleurs buccales provoquées par les mors.

Résumé en anglais (original) : A proposition addressed here is that, although bitted horses are viewed by many equestrians as being largely free of bit-related mouth pain, it seems likely that most behavioural signs of such pain are simply not recognised. Background information is provided on the following: the major features of pain generation and experience; cerebrocortical involvement in the conscious experience of pain by mammals; the numerous other subjective experiences mammals can have; adjunct physiological responses to pain; some general feature of behavioural responses to pain; and the neural bases of sensations generated within the mouth. Mouth pain in horses is then discussed. The areas considered exclude dental disease, but they include the stimulation of pain receptors by bits in the interdental space, the tongue, the commissures of the mouth, and the buccal mucosa. Compression, laceration, inflammation, impeded tissue blood flow, and tissue stretching are evaluated as noxious stimuli. The high pain sensitivity of the interdental space is described, as are likely increases in pain sensitivity due to repeated bit contact with bruises, cuts, tears, and/or ulcers wherever they are located in the mouth. Behavioural indices of mouth pain are then identified by contrasting the behaviours of horses when wearing bitted bridles, when changed from bitted to bit-free bridles, and when free-roaming unbitted in the wild. Observed indicative behaviours involve mouth movements, head-neck position, and facial expression (“pain face”), as well as characteristic body movements and gait. The welfare impacts of bit-related pain include the noxiousness of the pain itself as well as likely anxiety when anticipating the pain and fear whilst experiencing it, especially if the pain is severe. In addition, particular mouth behaviours impede airflow within the air passages of the upper respiratory system, effects that, in their turn, adversely affect the air passages in the lungs. Here, they increase airflow resistance and decrease alveolar gas exchange, giving rise to suffocating experiences of breathlessness. In addition, breathlessness is a likely consequence of the low jowl angles commonly maintained during dressage. If severe, as with pain, the prospect of breathlessness is likely to give rise to anxiety and the direct experience of breathlessness to fear. The related components of welfare compromise therefore likely involve pain, breathlessness, anxiety, and fear. Finally, a 12-point strategy is proposed to give greater impetus to a wider adoption of bit-free bridles in order to avoid bit-induced mouth pain.

Logo de la revue Animals
Extrait du site d’Animals