Transport, Abattage, Ramassage

Animal handling and stress-related behaviour at mobile slaughter of cattle

Par 15 avril 2020 juillet 13th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : article scientifique publié dans Preventive Veterinary Medicine 177 : 104959. DOI : https://doi.org/10.1016/j.prevetmed.2020.104959

Auteurs : Jan Hultgren, Katarina Arvidsson Segerkvist, Charlotte Berg, Anders H. Karlsson, Bo Algers

Résumé en français (traduction) : En évitant le transport des animaux, l’abattage mobile peut permettre de réduire le stress des animaux. Dans une étude transversale avec des éléments de conception de cohorte, nous avons étudié les relations entre la manipulation des animaux et les comportements des animaux liés au stress en rapport avec l’abattage dans deux abattoirs suédois : un petit abattoir mobile à la ferme récemment mis en service et un abattoir stationnaire à relativement grande échelle. Dans l’abattoir fixe, les animaux ont été transportés en moyenne à 99 km des fermes, et un tiers de ces animaux ont passé une nuit en stabulation avant l’abattage. Des données ont été recueillies lors du traitement de 298 animaux dans les deux usines au cours d’une année. Les actions des éleveurs et les comportements des animaux ont été observés dans les allées (de 2,4 à 7,3 m de long) menant à la station d’étourdissement. Des données sur la saison, l’heure du jour, la température de l’air, la race, la catégorie d’animaux, l’âge des animaux, le poids de la carcasse et la catégorie d’éleveurs (élevage industriel ou ferme) ont également été recueillies. Nous avons utilisé la corrélation de rang de Spearman, l’analyse en composantes principales et l’analyse factorielle de confirmation pour élaborer un modèle final d’équation structurelle généralisée, qui contenait six variables représentant le soutien de l’animal observé, le fait de tourner, de glisser, d’éliminer, de vocaliser et le comportement violent, régressé sur une variable latente représentant le niveau de stress de l’animal. Le niveau de stress et les comportements des animaux ont également fait l’objet d’une régression sur cinq variables représentant les actions des éleveurs observées (toucher, tapoter ou frapper avec la main ; toucher, tapoter ou frapper avec un outil ; pousser ; tordre la queue ; et pousser avec un aiguillon électrique) et sur des variables de fond, dont l’identité des installations. Les comportements des animaux ont été modélisés sous forme de comptages par longueur d’allée, regroupés selon l’identité de la ferme. Les effets marginaux des actions des éleveurs et les marges prédictives des installations ont été calculés. Les animaux ont montré un comportement de recul et de violence (coups de pied ou combats violents) à des fréquences significativement plus basses dans la station mobile que dans la station fixe. En général, les actions des éleveurs ont été associées de manière positive et significative aux comportements des animaux, c’est-à-dire que des actions importantes ont été associées à des comportements plus fréquents. Les actions des éleveurs se déplaçant avec un outil, poussant et utilisant un aiguillon électrique ont été indirectement associées de manière significative à tous les comportements des animaux par le biais du niveau de stress des animaux. Cette étude montre l’importance d’une manipulation adéquate du bétail pour limiter le stress avant l’abattage.

Résumé en anglais (original) : By avoiding animal transportation, mobile slaughter may have the potential to reduce animal stress. In a cross-sectional study with elements of cohort design, we investigated relationships between animal handling and stress-related animal behaviours in connection with slaughter at two Swedish slaughter plants: a newly started small-scale on-farm mobile abattoir and a relatively large-scale stationary slaughterhouse. To the stationary plant, the animals were transported on average 99 km from farms, and one third of these animals spent one night in lairage before slaughter. Data were collected during processing of 298 animals at both plants during one year. Stockperson actions and animal behaviours were observed in the driveways (2.4–7.3 m long) to the stun box. Data on season, hour of day, air temperature, animal breed, animal category, animal age, carcass weight and stockperson category (plant or farm) were also collected. We used Spearman rank correlation, principal-component analysis and confirmatory factor analysis to develop a final generalised structural equation model, which contained six variables that represented observed animal backing; turning; slipping; eliminating; vocalising; and violent behaviour, regressed on a latent variable representing animal stress level. Stress level and animal behaviours were also regressed on five variables representing observed stockperson actions (touching, patting or hitting with hand; touching, patting or hitting with a tool; pushing; tail-twisting; and prodding with an electric goad) and on background variables including plant identity. The animal behaviours were modelled as counts per driveway length, clustered on farm identity. Marginal effects of stockperson actions and predictive margins of plants were calculated. The animals displayed backing and violent behaviour (kicking, goring or violent fighting) at significantly lower frequencies at the mobile plant than at the stationary one. In general, stockperson actions were significantly positively associated with animal behaviours, i.e. increased actions were associated with more frequent behaviours. Stockperson moving with tool, pushing and using electric goad were indirectly significantly associated with all animal behaviours via animal stress level. This study shows the importance of adequate cattle handling to limit pre-slaughter stress.

Logo de Preventive Veterinary Medicine
Extrait du site de Preventive Veterinary Medicine