Conduite d'élevage et relations homme-animal

Broadcasting human voice to piglets (Sus scrofa domestica) modifies their behavioural reaction to human presence in the home pen and in arena tests

Par 15 avril 2020 juillet 7th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : article scientifique publié dans Applied Animal Behaviour Science

Auteurs : Sandy Bensoussan, Raphaëlle Tigeot, Marie-Christine Meunier-Salaün, Céline Tallet

Résumé en français (traduction) : La relation homme-porc se développe à travers des interactions visuelles, tactiles, olfactives et auditives. Notre objectif était de déterminer l’effet des voix humaines sur le développement de la relation homme-porc. Nous avons émis l’hypothèse que la voix humaine facilite le développement de la relation homme-porc. Nous avons étudié le comportement de 90 porcelets femelles sevrés, répartis en trois groupes de traitement : présence humaine avec (HPV) ou sans (HP) voix, et contrôle (CTRL). Pour les porcelets HPV, l’expérimentateur était présent (inactif) pendant 5 min/jour dans l’enclos pendant trois semaines et une voix féminine était diffusée par un haut-parleur. Le traitement HP était le même, mais un bruit de fond enregistré était diffusé à la place de la voix. Pour les porcelets CTRL, seuls les soins d’élevage de routine ont été fournis. Les porcelets ont ensuite été testés deux fois dans une zone d’essai de 3 × 3 m pendant 5 minutes, puis en présence de l’expérimentateur pendant 5 minutes. Pour le test 1, la voix humaine a été diffusée pour les porcelets HPV et le bruit de fond a été diffusé pour les autres. Dans le test 1, les porcelets HPV et HP ont examiné l’expérimentateur plus tôt et plus souvent que les porcelets CTRL (P < 0,05). Les porcelets HPV se déplaçaient plus tôt dans le box que les porcelets CTRL (P < 0,05). Pour le test 2, seul le bruit de fond était diffusé ; les porcelets HPV étaient donc privés de la voix humaine à laquelle ils étaient habitués. Dans le test 2, les porcelets HPV ont exprimé davantage de réactions de stress : leur latence à se déplacer était plus longue que les autres (P < 0,05). Les porcelets HPV ont également eu plus d’interactions physiques et vocales : ils sont restés dans la zone d’expérimentation plus longtemps que les porcelets HP et CTRL (P < 0,05), et ont grogné davantage (P < 0,05). Enfin, nous avons mesuré le temps nécessaire pour déplacer les porcs de leur enclos d’origine au camion pour se rendre au bâtiment de mise bas ; nous n’avons constaté aucun effet du traitement (P < 0,05).

En conclusion, la diffusion d’une voix humaine n’a pas modifié la réponse des porcs à la présence et à la manipulation humaines dans des conditions auditives similaires aux séances d’interaction (c’est-à-dire le test 1 et le déplacement). Cependant, le fait de ne pas diffuser de voix humaine (test 2) a induit des réponses au stress et a augmenté le comportement interactif, ce qui suggère que les porcelets ont identifié la voix humaine comme faisant partie des propriétés nécessaires de l’expérimentateur.

Résumé en anglais (original) : The human-pig relationship develops through visual, tactile, olfactory, and auditory interactions. Our objective was to determine the effect of human voices on the development of the human-pig relationship. We hypothesised that human voice facilitates the development of the human-pig relationship. We studied the behaviour of 90 weaned female piglets divided into three treatments: human presence with (HPV) or without (HP) voice, and control (CTRL). For the HPV piglets, the experimenter was present (idle) for 5 min/day in the pen for three weeks and a female voice was broadcast from a speaker. The HP treatment was the same, but a recorded background noise was broadcast instead of the voice. For the CTRL piglets, only routine husbandry care was provided. Piglets were then tested twice in a 3 × 3 m test area alone for 5 min and then in the presence of the experimenter for 5 min. For test 1, the human voice was broadcast for HPV piglets and the background noise was broadcast for the others. In test 1, HPV and HP piglets investigated the experimenter earlier and more often than CTRL piglets (P < 0.05). HPV piglets moved sooner in the pen than CTRL piglets (P < 0.05). For test 2, only the background noise was broadcast; HPV piglets were thus deprived of the human voice they were used to. In test 2, HPV piglets expressed more stress reactions: their latency to move was longer compared to the others (P < 0.05). HPV piglets also had more physical and vocal interactions: they stayed in the experimenter area longer than HP and CTRL piglets (P < 0.05), and grunted more (P < 0.05). Finally we measured the time taken to move the pigs from their home pen to the truck to move to the farrowing building; we found no effect of the treatment (P < 0.05).

In conclusion, broadcasting a human voice did not modify the pig response to human presence and handling in auditory conditions similar to the interaction sessions (i.e. test 1 and moving). However, not broadcasting human voice (test 2) induced stress responses and increased interactive behaviour, which suggests that piglets identified human voice as part of the experimenter’s necessary properties.

Logo d'Applied Animal Behaviour Science
Extrait du site d’Applied Animal Behaviour Science