Ethique-sociologie-philosophie

The behaviour of commercial broilers in response to a mobile robot

Par 18 mai 2020 juin 10th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : article scientifique disponible en ligne avant publication dans British Poultry Science

Auteurs : I. C. Dennis, S. M. Abeyesinghe, T. G. M. Demmers

Résumé en français (traduction) : L’élevage moderne de poulets de chair dans de grands bâtiments abritant plus de 50 000 oiseaux utilise un système de climatisation intérieure basé sur une série de capteurs à emplacement fixe, souvent bien au-dessus de la zone occupée par les oiseaux. Des écarts importants par rapport aux conditions climatiques optimales pour les oiseaux sont courants, mais l’installation d’une grille de capteurs fixes à plus haute densité n’est pas rentable. Une plateforme robotisée, se déplaçant à travers le lot d’oiseaux et collectant des informations spatiales détaillées sur une large gamme de paramètres climatiques au niveau des oiseaux, permet de prendre des décisions précises pour optimiser le climat dans les grands bâtiments en temps réel.

Une étude préliminaire a examiné la faisabilité de faire fonctionner une plate-forme robotique mobile dans un élevage de poulets de chair pendant un cycle complet de 6 semaines. Le comportement des oiseaux en réponse au robot a été étudié.

Au total, 1597 poussins de chair Ross 308 ont été logés dans un local qui a été aménagé pour reproduire un environnement commercial. Le robot a été conduit sur un itinéraire fixe trois fois par jour (du lundi au vendredi) pendant tout le cycle, sous contrôle manuel. Le comportement a été étudié à l’aide d’images vidéo.

Les oiseaux ont très peu sursauté en réaction au robot et se sont empressés de remplir la zone située derrière le robot lorsqu’il passait devant eux. Les niveaux d’activité ont augmenté pendant les passages du robot, mais dans une moindre mesure que pendant la visite d’un éleveur humain. Les contraintes liées à l’utilisation du robot ont changé au fur et à mesure que les oiseaux grandissaient, de nombreux individus entrant en contact physique avec l’avant du robot plus tard dans le cycle. Malgré cela, très peu d’oiseaux ont refusé de s’écarter complètement du passage, et les paramètres de mortalité et de production sont restés acceptables tout au long du cycle.

Cette étude a montré qu’il est possible de faire fonctionner un robot mobile au sein d’un lot de poulets de chair entre les jours 3 et 37 d’un cycle et que cela n’entraîne qu’une perturbation limitée du comportement des oiseaux. Les travaux futurs devront répéter cet essai sur plusieurs élevages pour voir si l’utilisation d’un robot mobile au milieu des poulets de chair peut être réalisée dans un cadre commercial, avec une perturbation limitée du comportement des oiseaux.

Résumé en anglais (original) : Modern broiler production in large sheds holding upwards of 50 000 birds uses indoor climate control based on a handful of fixed-location sensors, often well above the bird-occupied zone. Significant deviations from optimal climate conditions for the birds are common, but installing a higher-density grid of fixed sensors is not cost effective. A robotic platform, moving through the flock of birds and collecting detailed spacial information on a wide range of climate parameters at bird level, enables accurate decisions to be made to optimise the climate in large sheds being made in real time.

A preliminary study investigated the feasibility of running a mobile robotic platform among a flock of broiler chickens for an entire 6-week cycle. Bird behaviour in response to the robot was studied.

In total, 1597 Ross 308 broiler chicks were housed in a room that was set up to replicate a commercial environment. The robot was driven along a fixed route three times a day (Monday–Friday) for the whole cycle under manual control. Behaviour was studied using camera footage.

The birds showed very little ‘startled’ behaviour in response to the robot and were quick to fill the area behind the robot as it moved past. Activity levels increased during robot runs but to a lesser extent than during walk-through by a human stockman. The challenges of operating the robot changed as the birds grew, with many individuals coming into physical contact with the front of the robot later in the cycle. Despite this, very few birds refused to move out of the way completely, and mortality and production parameters remained acceptable throughout.

This study has shown that running a mobile robot among a flock of broiler chickens is possible between 3 and 37 d in a cycle and causes limited disruption to bird behaviour. Future work needs to repeat this trial on multiple flocks to see whether running a mobile robot among the broilers can be achieved in a commercial setting, with limited disruption to bird behaviour.

Logo de British Poultry Science
Extrait du site de British Poultry Science