Conduite d'élevage et relations homme-animal

Natural behaviours, their drivers and their implications for laying hen welfare

Par 21 juillet 2020 septembre 25th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : article scientifique publié dans Animal Production Science

Auteurs : Paul H. Hemsworth, Lauren E. Edwards

Résumé en français (traduction) : Certains pensent que les animaux de ferme doivent être élevés dans des conditions qui leur confèrent des aspects « naturels » dans leur environnement et leur permettent ainsi d’exprimer tout leur « répertoire comportemental ». La captivité peut restreindre soit les comportements que les animaux ont une propension instinctive et intrinsèque à exécuter quel que soit l’environnement, soit les comportements qui sont provoqués par des déficits dans l’environnement des animaux. La restriction comportementale peut également contrecarrer la motivation générale à rechercher la variété et/ou à éviter les conditions monotones. Pour savoir si un animal souffre s’il est privé de la possibilité d’exécuter un comportement naturel, il faut d’abord comprendre comment le comportement en question est suscité et contrôlé, les effets de la génétique et de l’expérience précoce sur le comportement et le comportement de l’espèce dans la nature et, ensuite, les effets comportementaux, physiologiques et sur la condition physique de la privation du comportement. L’hébergement des poules pondeuses dans des cages conventionnelles compromet leur répertoire comportemental, comme la nidification dans un nichoir, le bain de poussière, le perchage et la recherche de nourriture, et le présent article se concentre sur les implications en termes de bien-être si ces comportements naturels sont contrecarrés dans la production avicole moderne. Une surface au sol de <561 cm2/poule augmente le stress physiologique, réduit la production d’œufs et augmente la mortalité des poules pondeuses. Il existe également des preuves de restriction comportementale en termes de réduction de l’étirement des ailes, de l’étirement des pattes, du balancement de la queue, de la locomotion, du picage et du lissage du sol et des objets, avec une surface au sol comprise entre 542 et 750 cm2/poule. Les recherches sur les préférences et les motivations ont indiqué que les poules pondeuses apprécient les ressources telles que les nichoirs pour la ponte, les substrats pour la recherche de nourriture et les bains de poussière, et les perchoirs pour se percher. Toutefois, il n’existe pas de preuve convaincante que la privation de ces ressources entraîne un stress physiologique. En outre, outre les effets négatifs de l’absence de perchoirs sur la solidité des os, il n’existe aucune preuve que la privation de nichoirs, de perchoirs et de substrats pour la recherche de nourriture et les bains de poussière entraîne une réduction de la condition physique, telle qu’une diminution de la production d’œufs ou de la santé. Néanmoins, des recherches sur les préférences ont indiqué que la possibilité d’utiliser ces ressources, en particulier les nichoirs, peut susciter des états émotionnels positifs chez les poules pondeuses. Par conséquent, il est important de comprendre à la fois la motivation de l’animal à choisir une option ou à adopter un comportement et les conséquences de priver l’animal de cette possibilité.

Résumé en anglais (original) : Some believe that farm animals need to be kept in conditions that provide ‘natural’ aspects in the animal’s environment and, thus, provide the opportunity for the animals to perform their full ‘behavioural repertoire’. Captivity may restrict either behaviours that animals have instinctive, intrinsic propensities to perform whatever the environment or behaviours that are elicited by deficits in the animals’ environment. Behavioural restriction may also thwart general motivation to seek variety and/or avoid monotonous conditions. Appreciating whether an animal suffers if deprived of the opportunity to perform natural behaviour requires, first, an understanding of how the behaviour in question is elicited and controlled, the effects of early experience and genetics on the behaviour and the behaviour of the species in the wild, and, second, the behavioural, physiological and fitness effects of deprivation of the behaviour. Housing laying hens in conventional cages compromises their behavioural repertoire, such as nesting in a nest box, dust bathing, perching and foraging, and the present review focuses on the welfare implications if these natural behaviours are thwarted in modern poultry production. A floor space of <561 cm2/hen increases physiological stress, reduces egg production and increases mortality in laying hens. There is also evidence of behavioural restriction in terms of reduced wing stretching, leg stretching, tail wagging, locomotion, floor and object pecking and preening with floor space in the range of 542–750 cm2/hen. Preference and motivation research has indicated that laying hens value resources such as nest boxes for oviposition, substrates for foraging and dust bathing, and perches for roosting. However, there is no convincing evidence that deprivation of these resources results in physiological stress. Furthermore, apart from adverse effects of the absence of perches on bone strength, there is no evidence that deprivation of nest boxes, perches, and foraging and dust-bathing substrates results in reduction in fitness such as reduced egg production or health. Nevertheless, preference research has indicated that the opportunity to utilise these resources, particularly nest boxes, may elicit positive emotional states in laying hens. Therefore, it is important to understand both how motivated the animal is to choose an option or perform a behaviour as well as the consequences of depriving the animal of this opportunity.

Animal Production Science_logo
Extrait du site de Animal Production Science