Cognition-émotions

Understanding Allogrooming Through a Dynamic Social Network Approach: An Example in a Group of Dairy Cows

Par 4 août 2020 septembre 25th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : article scientifique publié dans Frontiers in Veterinary Science

Auteurs : Inès de Freslon, J. M. Peralta, Ana C. Strappini, Gustavo Monti

Résumé en français (traduction) : Pour les espèces grégaires telles que le bétail , l’environnement social est un déterminant très important du bien-être et de la condition physique. Comprendre la complexité des relations entre les vaches peut aider à développer des pratiques de gestion plus intégrées aux processus comportementaux sociaux des vaches. Les deux objectifs de cette étude sont les suivants : (1) déterminer la dynamique des relations d’affiliation, comme indiqué par l’allogrooming, au moyen d’une modélisation stochastique orientée vers les animaux, chez les vaches laitières en début de lactation ; (2) explorer les processus sous-jacents et les attributs individuels, tels que l’âge, le rang social et l’état de reproduction, qui pourraient façonner les changements de modèle de réseau dans les contacts de toilettage entre les individus. Nous avons observé le comportement de toilettage d’un groupe dynamique de 38 vaches laitières pendant 4 heures par jour pendant 30 jours. À l’aide de modèles stochastiques axés sur les animaux, nous avons modélisé la dynamique des contacts hebdomadaires et étudié comment les processus structurels (par exemple, la réciprocité, la transitivité ou la popularité) et les attributs individuels (par exemple, l’âge, le rang social et le stade de reproduction) influencent les changements de réseau. Nous avons constaté que les vaches avaient tendance à toiletter des individus qui les avaient déjà toilettées, ce qui implique une coopération possible. Les vaches qui se toilettaient plus activement ne semblaient pas avoir de préférence pour des individus spécifiques du troupeau et, en retour, avaient tendance à se faire toiletter par moins de vaches au fil du temps. Les individus plus âgés toilettaient plus de vaches que les plus jeunes, ce qui indique que l’attribution du toilettage pourrait être liée à l’ancienneté. Les vaches toilettaient principalement des individus d’âge similaire, ce qui suggère que la familiarité et le fait de grandir ensemble amélioraient le toilettage social. Au fil du temps, les vaches ayant un rang social plus élevé ont été toilettées par moins de vaches et les individus récemment réintroduits dans le groupe ont toiletté plus de congénères. L’étude de la dynamique des réseaux sociaux peut être utilisée pour mieux comprendre la complexité et la non-linéarité des relations entre les vaches. Nos conclusions, ainsi que d’autres recherches, peuvent compléter et renforcer la conception de pratiques de gestion améliorées qui sont plus conformes au comportement social naturel des vaches.

Résumé en anglais (original) : For gregarious species such as domestic cattle, the social environment is a very important determinant of their welfare and fitness. Understanding the complexity of cows’ relationships can assist the development of management practices that are more integrated with the cows’ social behavioral processes. The two aims of this study were: (1) to determine the dynamics of affiliative relationships, as indicated by allogrooming, by means of stochastic actor-oriented modeling, in dairy cows during early lactation; (2) to explore the underlying processes and the individual attributes, such as age, social rank and reproductive state, that could shape network pattern changes in grooming contacts between individual. We observed the allogrooming behavior of a dynamic group of 38 dairy cows for 4 h per day for 30 days. Using stochastic actor-oriented models, we modeled the dynamics of weekly contacts and studied how structural processes (e.g., reciprocity, transitivity, or popularity) and individual attributes (i.e., age, social rank, and reproductive state) influence network changes. We found that cows tended to groom individuals that had previously groomed them, implying a possible cooperation. Cows that groomed more actively did not appear to have a preference for specific individuals in the herd, and in return, tended to be groomed by fewer cows over time. Older individuals groomed more cows than younger ones, indicating that allogrooming could be related to seniority. Cows groomed mainly individuals of similar age, suggesting that familiarity and growing up together enhanced social grooming. Over time, cows with higher social rank were groomed by fewer cows and individuals recently reintroduced to the group groomed more herdmates. The study of social network dynamics can be used to better understand the complexity and non-linearity of cow relationships. Our findings, along with further research, can complement and strengthen the design of improved management practices that are more in line with the natural social behavior of cows.

Logo de Frontiers in Veterinary Science
Extrait du site de Frontiers in Veterinary Science