Santé animale

Profiling Detection and Classification of Lameness Methods in British Dairy Cattle Research: A Systematic Review and Meta-Analysis

Par 20 août 2020 septembre 29th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : revue scientifique publiée dans Frontiers in Veterinary Science

Auteurs : João Sucena Afonso, Mieghan Bruce, Patrick Keating, Didier Raboisson, Helen Clough, George Oikonomou and Jonathan Rushton

Résumé en français : La boiterie est un problème grave dans le secteur laitier, ce qui reflète son incidence et son impact élevés sur le bien-être et la productivité des animaux. La recherche a fourni des chiffres sur sa fréquence en utilisant différentes méthodologies, ce qui rend difficile la comparaison des résultats et entrave la prise de décision au niveau des exploitations. Les objectifs de l’étude étaient de déterminer les niveaux de fréquence de la boiterie chez les bovins laitiers britanniques par une approche de méta-analyse, et de comprendre les schémas chronologiques de la manière dont les cas de boiterie sont détectés et classés dans la recherche scientifique. Une revue systématique a été menée en utilisant les directives PRISMA-P pour la sélection des articles. Des modèles à effets aléatoires ont permis d’estimer la mesure de fréquence de la boiterie avec une hétérogénéité gérée par une analyse de sous-groupe et une méta-régression. Soixante-huit articles ont été identifiés, 50 comprenaient des données de prévalence et 36 des données d’incidence. La prévalence combinée de la boiterie chez les bovins laitiers britanniques a été estimée à 29,5 % (95 % IC 26,7-32,4 %), tandis que le taux d’incidence de la boiterie toutes causes confondues a indiqué 30,9 cas de boiterie pour 100 vaches-années (95 % IC 24,5-37,9). Le taux d’incidence de boiterie par 100 vaches-années, toutes causes confondues, était de 66,1 (95 % CI 24,1-128,8) pour la maladie de la ligne blanche, 53,2 (95 % CI 20,5-101,2) pour l’ulcère de la sole, 53,6 (95 % CI 19,2-105,34) pour la dermatite digitale, dont 51,9 (95 % CI 9,3-129,2) étaient attribuables à d’autres lésions liées à la boiterie. Les niveaux d’hétérogénéité sont restés élevés. Soixante-neuf articles ont contribué à un aperçu chronologique des sources de données sur la boiterie. Bien que le système de notation de la mobilité des produits laitiers (MSS) de l’AHDB ait été lancé au Royaume-Uni en 2008 et adopté peu après par le secteur laitier britannique comme outil standard pour évaluer la boiterie, d’autres méthodes sont utilisées selon l’enquêteur. Les systèmes automatisés de détection de la boiterie peuvent offrir une solution à la nature subjective des MSS, mais ils n’ont été utilisés que dans une seule étude. Bien qu’il soit reconnu que la boiterie n’est pas suffisamment signalée dans les registres agricoles, 22 études (31,9 %) ont utilisé cette source de données. La diversité des méthodes et des sources de collecte de données sur la boiterie a été un résultat clé. Elle limite la compréhension du fardeau de la boiterie et l’affinement de l’élaboration des politiques en matière de boiterie. La normalisation des définitions de cas et des méthodes de recherche permettrait d’améliorer la connaissance de la boiterie et la capacité à la gérer. Quelle que soit la méthode de mesure, la boiterie est élevée chez les bovins laitiers britanniques.

Résumé en anglais : Lameness is a serious concern in the dairy sector, reflecting its high incidence and impact on animal welfare and productivity. Research has provided figures on its frequency using different methodologies, making it difficult to compare results and hindering farm-level decision-making. The study’s objectives were to determine the frequency levels of lameness in British dairy cattle through a meta-analysis approach, and to understand the chronological patterns of how lameness cases are detected and classified in scientific research. A systematic review was conducted using PRISMA-P guidelines for article selection. Random-effects models estimated the pooled frequency measure of lameness with heterogeneity managed through subgroup analysis and meta-regression. Sixty-eight papers were identified, 50 included prevalence and 36 incidence data. The pooled prevalence of lameness in British dairy cattle was estimated at 29.5% (95% CI 26.7–32.4%) whilst all-cause lameness incidence rate indicated 30.9 cases of lameness per 100 cow-years (95% CI 24.5–37.9). The pooled cause-specific lameness incidence rate per 100 cow-years was 66.1 (95% CI 24.1–128.8) for white line disease, 53.2 (95% CI 20.5–101.2) for sole ulcer, 53.6 (95% CI 19.2–105.34) for digital dermatitis, with 51.9 (95% CI 9.3–129.2) attributable to other lameness-related lesions. Heterogeneity levels remained high. Sixty-nine papers contributed to a chronological overview of lameness data source. Although the AHDB Dairy mobility scoring system (MSS) was launched in the UK in 2008 and adopted shortly after by the British Dairy sector as the standard tool for assessing lameness, other methods are used depending on the investigator. Automated lameness detection systems may offer a solution for the subjective nature of MSSs, yet it was utilized in one study only. Despite the recognition of under-reporting of lameness from farm records 22 (31.9%) studies used this data source. The diversity of lameness data collection methods and sources was a key finding. It limits the understanding of lameness burden and the refinement of policy making for lameness. Standardizing case definition and research methods would improve knowledge of and ability to manage lameness. Regardless of the measurement method lameness in British dairy cattle is high.

Logo de Frontiers in Veterinary Science
Extrait du site de Frontiers in Veterinary Science