Conduite d'élevage et relations homme-animal

Graves of nearly 600 cats and dogs in ancient Egypt may be world’s oldest pet cemetery

Par 26 février 2021 mars 9th, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Actualité scientifique publiée dans Science.

Auteur : David Grimm

Extrait en français (traduction) : Les tombes de près de 600 chats et chiens d’Égypte ancienne sont peut-être le plus ancien cimetière d’animaux de compagnie du monde

Les chats et les chiens sont couchés comme s’ils dormaient, dans des tombes individuelles. Beaucoup portaient des colliers ou d’autres parures, et ils avaient été soignés à la suite de blessures et à cause de la vieillesse, comme les animaux domestiques d’aujourd’hui. Mais la dernière personne à avoir enterré un compagnon animal bien-aimé dans cette terre égyptienne aride sur la côte de la mer Rouge l’a fait il y a près de 2000 ans.

Le site, situé dans le port romain de Bérénice, a été découvert il y a dix ans, mais son usage était mystérieux. Aujourd’hui, des fouilles approfondies ont mis au jour les sépultures de près de 600 chats et chiens, ainsi que les preuves les plus solides à ce jour que ces animaux étaient des animaux de compagnie précieux. Cela ferait du site le plus ancien cimetière d’animaux de compagnie connu, selon les auteurs, ce qui suggère que le concept moderne d’animaux de compagnie n’était pas étranger au monde ancien.

« Je n’ai jamais rencontré un cimetière comme celui-ci », déclare Michael MacKinnon, un zooarchéologue de l’Université de Winnipeg qui a étudié le rôle des animaux dans l’ancienne Méditerranée mais n’a pas participé à ce nouveau travail. « L’idée d’un animal de compagnie faisant partie de la famille est difficile à comprendre dans l’Antiquité, mais je pense qu’ils étaient ici [des membres de la famille] ». […]

Les animaux semblent avoir été déposés avec soin dans des fosses bien préparées. Beaucoup étaient recouverts de textiles ou de morceaux de poterie, « qui formaient une sorte de sarcophage », selon Osypinska. Plus de 90 % étaient des chats, dont beaucoup portaient des colliers de fer ou des colliers enfilés avec du verre et des coquillages. Un félin était placé sur l’aile d’un grand oiseau. […]

À Bérénice, la plupart des animaux semblent être morts de blessures ou de maladies. Certains chats ont des pattes fracturées ou d’autres fractures qui peuvent avoir été causées par des chutes ou par des coups de pied donnés par un cheval. D’autres sont morts jeunes, peut-être de maladies infectieuses qui se sont propagées rapidement dans la ville exiguë.

Les chiens, qui ne représentent qu’environ 5 % des sépultures (le reste étant des singes), avaient tendance à être plus âgés lorsqu’ils sont morts. Beaucoup avaient perdu la plupart de leurs dents ou souffraient de maladies parodontales et de dégénérescence articulaire.

« Nous avons des individus qui ont une mobilité très limitée », explique M. Osypinska. Pourtant, beaucoup ont vécu longtemps et leurs blessures ont guéri. « Ces animaux ont dû être nourris pour survivre », dit-elle, « parfois avec des aliments spéciaux dans le cas des animaux presque édentés ».

Le fait que les humains aient pris autant de soin des animaux, surtout dans une région accidentée où presque toutes les ressources devaient être importées – et qu’ils aient pris autant de soin à les enterrer, comme le font de nombreux propriétaires modernes – suggère que les habitants de Bérénice avaient un lien émotionnel fort avec leurs chats et leurs chiens, a conclu l’équipe le mois dernier dans World Archaeology. « Ils ne le faisaient pas pour les dieux ou pour un quelconque bénéfice utilitaire », déclare Osypinska. Au contraire, elle affirme que la relation entre les gens et leurs animaux de compagnie était « étonnamment proche » de celle que nous voyons aujourd’hui.

Ikram en est convaincu. « C’est un cimetière », dit-elle. « Et il jette un éclairage intéressant sur les habitants de Bérénice et leurs relations avec leurs animaux. »

Extrait en anglais (original) : The cats and dogs lie as if asleep, in individual graves. Many wore collars or other adornments, and they had been cared for through injury and old age, like today’s pets. But the last person to bury a beloved animal companion in this arid Egyptian land on the coast of the Red Sea did so nearly 2000 years ago.

The site, located in the early Roman port of Berenice, was found 10 years ago, but its purpose was mysterious. Now, a detailed excavation has unearthed the burials of nearly 600 cats and dogs, along with the strongest evidence yet that these animals were treasured pets. That would make the site the oldest known pet cemetery, the authors argue, suggesting the modern concept of pets wasn’t alien to the ancient world.

“I’ve never encountered a cemetery like this,” says Michael MacKinnon, a zooarchaeologist at the University of Winnipeg who has studied the role of animals across the bygone Mediterranean but was not involved with the new work. “The idea of pets as part of the family is hard to get at in antiquity, but I think they were [family] here.” […]

The animals appear to have been laid gently in well-prepared pits. Many were covered with textiles or pieces of pottery, “which formed a kind of sarcophagus,” Osypinska says. More than 90% were cats, many wearing iron collars or necklaces threaded with glass and shells. One feline was placed on the wing of a large bird. […]

At Berenice, most of the animals appear to have died from injury or disease. Some cats have fractured legs or other breaks that may have been caused by falls or from being kicked by a horse. Others died young, possibly from infectious diseases that spread rapidly in the cramped city.

The dogs, which make up only about 5% of the burials (the rest are monkeys), tended to be older when they died. Many had lost most of their teeth or suffered periodontal disease and joint degeneration.

“We have individuals who have very limited mobility,” Osypinska says. Yet many lived long lives and their injuries healed. “Such animals had to be fed to survive,” she says, “sometimes with special foods in the case of the almost-toothless animals.”

The fact that humans took such good care of the animals, especially in a rough-and-tumble region where almost all resources had to be imported—and that they took such care in burying them, just as many modern owners do—suggests the people of Berenice had a strong emotional bond with their cats and dogs, the team concluded last month in World Archaeology. “They weren’t doing it for the gods or for any utilitarian benefit,” Osypinska says. Instead, she argues that the relationship between people and their pets was “surprisingly close” to the one we see today.

Ikram is convinced. “This is a cemetery,” she says. “And it sheds an interesting light on the inhabitants of Berenice and their relationships with their animals.”

Logo du journal Science
Extrait du site de Science