Conduite d'élevage et relations homme-animal

These adorable puppies may help explain why dogs understand our body language

Par 17 mars 2021 avril 6th, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Actualité publiée dans Science

Auteur : David Grimm

Extrait en français (traduction) : Ces adorables chiots peuvent aider à expliquer pourquoi les chiens comprennent notre langage corporel

Les scientifiques savent depuis plus de 20 ans que les chiens comprennent la logique derrière un geste étonnamment complexe : Lorsque nous montrons quelque chose du doigt, nous voulons qu’ils le regardent. Cette intuition échappe même à nos plus proches parents, les chimpanzés, et permet à nos compagnons canins de se rapprocher de nous. Mais on ne sait pas si les toutous acquièrent cette capacité simplement en nous côtoyant, ou si elle est inscrite dans leurs gènes. […]

Si l’intelligence sociale est génétique, les chiens devraient la manifester dès leur plus jeune âge. Et aucun apprentissage ne devrait être nécessaire.

C’est ce que MacLean et ses collègues ont découvert. Les scientifiques se sont associés à Canine Companions for Independence, qui élève des chiens pour aider les personnes souffrant de stress post-traumatique et de handicaps physiques aux États-Unis. Le groupe a prêté aux chercheurs 375 chiots labrador et golden retriever âgés de 8 semaines :  Ils étaient juste assez âgés pour participer aux expériences, mais assez jeunes pour avoir eu très peu d’interactions – et donc d’expérience ou d’apprentissage – avec les gens.

Les chercheurs ont soumis les chiots à trois tests. Tout d’abord, ils ont réalisé une expérience classique de pointage, en plaçant les jeunes chiens entre deux tasses renversées – l’une contenant une friandise – et en pointant du doigt celle qui contenait la friandise.

Dans une deuxième expérience, un chercheur s’est tenu à l’extérieur d’un grand parc et, pendant 30 secondes, il s’est engagé dans le genre de “conversation de chiot” aiguë que connaissent presque tous ceux qui ont possédé un chien : “Hé le chien, regarde-toi ! Tu es un si brave chien”. Les animaux ont passé en moyenne 6 secondes à fixer la personne. Un tel contact visuel est rare chez les mammifères – y compris chez les ancêtres des chiots, les loups gris – et constitue une base importante de l’interaction sociale avec les humains.

Dans un dernier test, les chercheurs ont appris aux chiots à trouver de la nourriture dans un récipient en plastique, puis à le fermer avec un couvercle. Contrairement aux chiens adultes, qui abandonnent généralement après quelques secondes et se tournent vers les humains pour obtenir de l’aide, les chiots ont rarement regardé leurs compagnons scientifiques pour obtenir de l’aide. “Les chiots semblent être sensibles à la réception d’informations de la part des humains, comme le montrent les autres expériences, explique MacLean, mais ils ne savent peut-être pas encore qu’ils peuvent solliciter notre aide.”

Pour confirmer que les comportements réussis des chiots étaient d’origine génétique, les chercheurs ont analysé leurs pedigrees afin de voir dans quelle mesure chaque chien était apparenté aux autres. Ils ont ensuite comparé cette parenté avec les performances des chiens lors des tests. Environ 43 % de la variation des performances était due à la génétique, rapporte aujourd’hui l’équipe sur le serveur de prépublication bioRxiv.

Ce chiffre est comparable à l’héritabilité de traits cognitifs tels que le QI chez l’homme, explique MacLean. “C’est à peu près aussi héréditaire que les choses en psychologie peuvent l’être”.

“C’est un chiffre vraiment élevé pour un trait complexe comme le comportement – c’est assez important”, convient Noah Snyder-Mackler, biologiste évolutionniste à l’université d’État de l’Arizona, à Tempe, qui a collaboré avec MacLean dans le passé, mais n’a pas participé à l’étude actuelle. Selon lui, cette découverte suggère que les hommes ont fortement sélectionné ces capacités dans le passé, ouvrant ainsi la voie aux chiens pour devenir les lecteurs d’esprit humains qu’ils sont aujourd’hui.

Extrait en anglais (original) : Scientists have known for more than 2 decades that dogs understand the logic behind a surprisingly complex gesture: When we point at something, we want them to look at it. That insight eludes even our closest relatives, chimpanzees, and helps our canine companions bond with us. But it’s been unclear whether pooches acquire this ability simply by hanging out with us, or it’s encoded in their genes.  […]

If social intelligence is genetic, dogs should display it at a very young age. And there shouldn’t be any learning required.

That’s what MacLean and his colleagues found. The scientists partnered with Canine Companions for Independence, which breeds dogs to assist people in the United States with post-traumatic stress disorder and physical disabilities. The group loaned the researchers 375 8-week-old Labrador and golden retriever pups: They were just old enough to participate in the experiments, but young enough to have had very little interaction—and thus experience or learning—with people.

The researchers put the puppies through three tests. First, they performed a classic pointing experiment, placing the young dogs between two overturned cups—one containing a treat—and pointing to the one with the treat. The animals understood the gesture more than two-thirds of the time, approaching the performance of adult dogs. But they didn’t get any better over a dozen rounds, suggesting they were not learning the behavior, MacLean says.

In a second experiment, a researcher stood outside a large playpen and, for 30 seconds, engaged in the kind of high-pitched “puppy talk” familiar to almost anyone who has owned a dog: “Hey puppy, look at you! You’re such a good puppy.” The animals spent an average of 6 seconds staring at the person. Such eye contact is rare among mammals—including the pups’ ancestors, gray wolves—and it’s an important foundation for social interaction with people.

In a final test, the researchers taught the puppies to find food in a plastic container, then sealed it with a lid. In contrast to adult dogs, which usually give up after a few seconds and look to humans for assistance, the pups rarely gazed at their scientist companions for help. “Puppies seem to be sensitive to receiving information from humans,” as the other experiments show, MacLean says, “but they may not yet know that that they can solicit help from us.”

To confirm that the puppies’ successful behaviors were genetic, the researchers analyzed their pedigrees to see how related each dog was to the others. Then they compared this relatedness with the dogs’ performance on the tests. Approximately 43% of the variation in performance was due to genetics, the team reports today on the preprint server bioRxiv.

That’s on par with the heritability of cognitive traits like IQ in people, MacLean says. “It’s about as hardwired as things in psychology come.”

“It’s a really high number for a complex trait like behavior—it’s a pretty big deal,” agrees Noah Snyder-Mackler, an evolutionary biologist at Arizona State University, Tempe, who has collaborated with MacLean in the past, but was not involved with the current study. He says the finding suggests people strongly selected for these abilities in the past, paving the way for dogs to become the human mind readers they are today.

Lien vers l’article scientifique (disponible avant revue par les pairs) : Cooperative Communication with Humans Evolved to Emerge Early in Dogs

Logo du journal Science
Extrait du site de Science