Initiatives en faveur du BEA

The Business Benchmark on Farm Animal Welfare Report 2020

Par 30 mars 2021 avril 22nd, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Rapport annuel de The Business Benchmark on Farm Animal Welfare

Auteurs: Nicky Amos, Rory Sullivan, Nathan Rhys Williams

Extrait en français (traduction) : Rapport de référence des professionnels sur le bien-être des animaux d’élevage 2020

Il s’agit de la neuvième édition annuelle du Business Benchmark on Farm Animal Welfare. Il analyse les politiques, les systèmes de gestion, les rapports et les performances en matière de bien-être des animaux d’élevage de 150 des plus grandes entreprises alimentaires du monde, sur la base de 37 critères distincts et objectifs. En plus des résultats et analyses clés présentés dans ce rapport, nous avons également présenté cette année les données via un tableau de bord interactif en ligne sur le bien-être des animaux d’élevage. Vous pouvez accéder à ce tableau de bord ici.

Résultats généraux

1 : Les entreprises continuent de progresser dans le Benchmark, montrant que le bien-être des animaux d’élevage reste une priorité pour les entreprises.

Dans le Benchmark 2020, 23 entreprises ont gravi au moins un échelon et le score moyen global a continué à augmenter, de façon marginale, pour atteindre 35 % en 2020, contre 34 % en 2019, ce qui indique que le bien-être animal a continué à faire l’objet d’une attention soutenue de la part des directions.  Les changements progressifs que nous observons cette année sont notables compte tenu du resserrement de la méthodologie de référence et de l’approche d’évaluation en 2020. Ils sont également encourageants dans le contexte difficile de la pandémie de COVID-19, même si nous pensons que son effet sur les rapports des entreprises concernant le bien-être des animaux d’élevage n’a pas encore été pleinement réalisé.

2 : Les progrès se poursuivent mais l' »impact » du bien-être reste insuffisamment signalé.

Près des deux tiers des entreprises dans le monde, soit 91 des 150 entreprises du BBFAW, gèrent désormais activement les risques et les opportunités commerciales associés au bien-être des animaux d’élevage, ce qui correspond à un classement dans les niveaux 1 à 4 du Benchmark.  Bien que ce chiffre soit globalement similaire à celui de 2019, nous avons pour la première fois utilisé une  » note d’impact  » pour évaluer si les efforts des entreprises en matière de gestion du bien-être des animaux d’élevage se traduisent réellement par une amélioration des impacts sur le bien-être des animaux. Les mauvaises performances de l’évaluation d’impact de 2020 montrent que l’impact sur le bien-être des animaux reste sous-déclaré. Par exemple, si 61 % des entreprises indiquent la proportion de poules pondeuses sans cages, elles sont beaucoup moins nombreuses à indiquer la proportion de poules pondeuses n’ayant pas subi d’épointage du bec systématique, la proportion de truies gestantes libres, et de porcs n’ayant pas subi de caudectomie, ou la proportion de vaches laitières en stabulation libre ou n’ayant pas subi de caudectomie systématique. Les entreprises n’indiquent pas non plus quelle proportion de poulets de chair de leur chaîne d’approvisionnement mondiale provient de races à croissance plus lente ou est élevée à des densités de peuplement plus faibles, ni quelle proportion d’animaux de leur chaîne d’approvisionnement mondiale est étourdie avant l’abattage ou est transportée pendant huit heures au maximum. Alors que 79% des entreprises ont publié des objectifs formels d’amélioration du bien-être des animaux d’élevage (75% en 2019), il y a un manque dans la communication des entreprises sur la façon dont ces engagements conduisent à une amélioration des performances de bien-être sur le terrain.

3 : Les producteurs et les fabricants devancent les détaillants et les grossistes, ainsi que les restaurants et les bars en matière de gestion et de rapports sur le bien-être des animaux d’élevage.

Pour la première fois, les producteurs et fabricants de denrées alimentaires sont le sous-secteur le mieux noté, le score moyen global des producteurs et fabricants de denrées alimentaires passant de 35 à 38 %, contre 36 % pour les détaillants et grossistes et 31 % pour les restaurants et bars.  Treize entreprises du sous-secteur des producteurs et fabricants ont amélioré leur score d’au moins un niveau entre 2019 et 2020, contre neuf entreprises de détaillants et grossistes, et une seule entreprise du sous-secteur des restaurants et bars. Les producteurs de denrées alimentaires sont également désormais le sous-secteur le plus représenté aux niveaux 1 et 2 du Benchmark, avec douze entreprises – Barilla, Cargill, Cranswick, Danish Crown, Groupe Danone, Fonterra, Hilton Food Group, Marfrig, Nestlé, Noble Foods, Premier Foods et Unilever – faisant preuve de leadership en matière de bien-être des animaux d’élevage. Ces entreprises représentent toutes les régions géographiques (Asie-Pacifique, Europe, Amérique latine, Amérique du Nord et Royaume-Uni) couvertes par le Benchmark.

Extrait en anglais (original) : This is the ninth annual edition of the Business Benchmark on Farm Animal Welfare. It analyses the farm animal welfare policies, management systems, reporting and performance of 150 of the world’s largest food companies, across 37 distinct, objective criteria. As such, it is the most authoritative and comprehensive global account of corporate practice on farm animal welfare. In addition to the key findings and analysis presented within this report, this year, we have also presented the data via an interactive online BBFAW data dashboard. You can access the dashboard here.

Overall Results

1: Companies continue to make progress in the Benchmark, showing farm animal welfare remains a business priority

In the 2020 Benchmark, 23 companies have moved up at least one tier and the overall average score has continued to increase, marginally, to 35% in 2020, from 34% in 2019, indicating that animal welfare has continued to receive sustained management attention. The incremental changes we are seeing this year are notable given the tightening of the benchmark methodology and assessment approach in 2020. They are also encouraging against a difficult backdrop of the COVID-19 pandemic, although we anticipate its effect on corporate reporting of farm animal welfare have yet to be fully realised.

2: Progress continues but welfare ‘impact’ remains under-reported

Nearly two-thirds of companies globally, 91 of the 150 companies in the BBFAW, are now actively managing the business risks and opportunities associated with farm animal welfare, corresponding to being ranked in Tiers 1-4 of the Benchmark. Whilst this is broadly similar to 2019, we have for the first time used an ‘Impact Rating’ to assess whether company efforts in managing farm animal welfare are actually translating into improved welfare impacts for animals. Poor performance in the baseline 2020 Impact Ratings shows that welfare impact remains under-reported. For example, whilst 61% of companies report on the proportion of laying hens free from cages, significantly fewer companies report on the proportion of laying hens free from routine beak trimming, or the proportion of pigs free from sow stalls or tail docking, or the proportion of dairy cattle free from tethering or routine tail docking. Companies are also failing to disclose what proportion of broiler chickens in their global supply chains is from slower growing breeds or is reared at lower stocking densities, or what proportion of animals in their global supply chains  is pre-slaughter stunned or is transported in eight hours or less. Whilst 79% of companies have published formal improvement objectives for farm animal welfare (75% in 2019), there is a gap in companies’ disclosure on how these commitments are leading to improved welfare performance on the ground.

3: Producers and manufacturers are outpacing retailers and wholesalers, and restaurants and bars on farm animal welfare management and reporting

For the first time, food producers and manufacturers are the highest scoring sub-sector with the overall average score for food producers and manufacturers increasing from 35% to 38% compared to scores of 36% for retailers and wholesalers, and 31% for restaurants and bars. Thirteen companies in the producers and manufacturers sub-sector improved their score by at least one tier between 2019 and 2020, compared to nine retailer and wholesaler companies, and just one company in the restaurants and bars sub-sector.Food producers are also now the most represented sub-sector in Tiers 1 and 2 of the Benchmark, with twelve companies – Barilla, Cargill, Cranswick, Danish Crown, Groupe Danone, Fonterra, Hilton Food Group, Marfrig, Nestlé, Noble Foods, Premier Foods and Unilever – showing leadership on farm animal welfare. These companies represent all geographic regions (Asia Pacific, Europe, Latin America, North America and UK) covered by the benchmark.

Voir aussi BBFAW 2020: Report, presentation, and webinar video

Rapport ayant donné lieu à

– un article dans The Pig Site le 30 mars 2021 : BBFAW update: Global food producers lead animal welfare efforts in 2020

– un article dans FoodDive le 1er avril 2021 : Many global food brands failing on animal welfare, report says

Logo du BBFAW
Extrait du site du BBFAW