Santé animale

Non-infectious diseases and laying hen welfare

Par 24 mai 2021 juin 23rd, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Revue scientifique publiée dans Animal Production Science

Auteurs : Peter J. Groves

Résumé en français (traduction) : Maladies non infectieuses et bien-être des poules pondeuses

De nombreuses maladies non infectieuses peuvent affecter les troupeaux commerciaux de pondeuses. Certaines d’entre elles, telles que les maladies liées au poids corporel, le syndrome de stéatose hépatique hémorragique et les effets de l’âge, sont communes à tous les systèmes de production, tandis que d’autres sont plus fréquentes dans les systèmes en cage (fatigue des pondeuses en cage, picage des plumes) ou dans les systèmes sans cage (impaction de l’herbe, étouffement, exposition au soleil, cannibalisme, prédation et blessures). La plupart de ces maladies sont abordées dans d’autres articles et ne seront pas abordées ici. Dans le cadre de ce travail, l’accent sera mis sur l’engorgement lié à l’herbe, l’étouffement, les effets de l’âge, l’exposition à des intensités lumineuses élevées, la prédation et les maladies liées aux problèmes de surpoids/obésité. Tous ces éléments constituent un problème de bien-être considérable pour la filière. L’engorgement du jabot lié à l’herbe est un souci majeur lorsque les poules sont relâchées pour la première fois dans les zones de parcours et qu’elles sont exposées à la végétation ou à d’autres matières fibreuses. Il peut entraîner une mortalité élevée. Les épisodes d’étouffement peuvent être provoqués par des perturbations soudaines du troupeau, par le surpeuplement des pondoirs ou par la conception des nichoirs. D’autres facteurs déclencheurs de l’étouffement restent mal compris mais ont été liés à la variabilité de la température, au recul de l’ombre dans les zones de parcours lors des journées ensoleillées, aux possibilités de prendre des bains de poussière et aux éléments qui attirent les oiseaux à certains endroits du bâtiment. L’incidence des tumeurs augmente avec l’âge des poules. Les tumeurs les plus fréquemment rencontrées sont les léiomyomes et les adénocarcinomes, qui sont tous deux associés à l’appareil reproducteur et sont probablement liés à la sélection pour une production d’œufs plus élevée et plus longue. L’incidence de ces pathologies néoplasiques devra être mieux comprise si l’on souhaite augmenter la durée de ponte dans les troupeaux. L’intensité lumineuse est considérée comme un déclencheur possible de l’augmentation du comportement agressif et peut conduire à une augmentation du picage des plumes et du cannibalisme. La prédation, bien que fréquemment signalée, n’est pas considérée comme une cause majeure de perte dans la plupart des conditions d’élevage, bien que les cas individuels puissent être graves et qu’il s’agisse d’une cause majeure de préoccupation. L’obésité est de plus en plus reconnue comme un problème dans les troupeaux de poules pondeuses à mesure que la recherche commence à se focaliser sur ses effets. La réduction du poids moyen du troupeau sera un objectif pour améliorer encore la durée de ponte à l’avenir.

Résumé en anglais (original) : Numerous non-infectious conditions can affect commercial layer flocks. Some of these, such as conditions related to bodyweight, fatty liver haemorrhagic syndrome and effects of age are common to all production systems, while some are more common in cage systems (cage layer fatigue, feather pecking) or in cage-free systems (grass impaction, smothering, sunlight exposure, cannibalism, predation and injuries). Many of these conditions are covered in other papers and will not be dealt with in here. In the present paper, emphasis will be placed on grass impaction, smothering, effects of age, exposure to high light intensities, predation and conditions related to overweight/obesity issues. All of these are of considerable welfare concern for the industry. Grass impaction is a particular issue when hens are first released to the range areas and are exposed to vegetation or other fibrous materials. Mortality can be high with this problem. Smothering episodes can be generated by sudden flock disturbances, or from overcrowding in nests or related to nest-box design. Other less well understood triggers for smothering are poorly understood but have been linked to temperature variability, retreating shade in range areas on sunny days, dust-bathing opportunities and things that attract birds to certain points in the shed. The incidence of tumours increases with hen age. Most frequently encountered tumours are leiomyomas and adenocarcinomas, both of which are associated with the reproductive tract and are presumably linked to selection for higher and more sustained egg production. The incidence of these neoplastic conditions will need better understanding if increases in flock persistency of lay are desired. Light intensity is understood to be a possible trigger of increased aggressive behaviour and can lead to increased feather pecking and cannibalism. Predation, while frequently reported, is not regarded as a major cause of loss in most farming circumstances, although individual cases can be serious and it is a major cause of concern. Obesity is becoming more recognised as a problem in layer flocks as research begins to focus on its effects. Reduction in average flock weights will be an objective for further improvement in persistency of lay in the future.

Animal Production Science_logo
Extrait du site de Animal Production Science