Prise en charge de la douleur

Curly pig tail only possible if all parties take responsibility

Par 14 juin 2021 septembre 1st, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Actualité de l’université de Wageningen

Auteur : Université de Wageningen

Extrait en français (traduction) : Une queue de porc intacte n’est possible que si toutes les parties prenantes prennent leurs responsabilités

Il est encore trop tôt pour cesser de couper la queue des porcelets dans toutes les exploitations porcines des Pays-Bas. Telle est la conclusion d’une étude menée par l’université et la recherche de Wageningen et l’université d’Utrecht, à la demande de l’organisation des producteurs de porcs (POV) et du ministère néerlandais de l’agriculture, de la nature et de la qualité alimentaire. La raison de ce résultat est que l’élevage de porcs avec une queue intacte est complexe. Un éleveur de porcs qui cesse de couper la queue des porcs devrait également être en mesure de gagner de l’argent supplémentaire. La formation aidera les éleveurs de porcs et les gestionnaires d’exploitation à reconnaître et à réduire le risque de morsure de la queue. […]

L’un des produits finaux du projet est un contrôle du bien-être qui permet à chaque éleveur de porcs d’évaluer le risque de comportement de morsure dans sa propre exploitation. “Chaque élevage de porcs est unique et la lutte contre le comportement de morsure nécessite donc une approche spécifique à chaque exploitation”, explique M. Van der Peet. “Le climat dans les bâtiments est-il assez bon, les animaux ont-ils assez d’espace près de la mangeoire, l’éleveur de porcs a-t-il suffisamment de connaissances pour intervenir de manière proactive, y a-t-il une bonne coopération avec le conseiller en alimentation et le vétérinaire ?”. Ce genre de questions joue un rôle dans la réduction du risque de comportement de morsure.”

Prochaine étape

Le réseau d’éleveurs de porcs du projet a acquis beaucoup d’expérience, mais en raison d’épidémies de morsures inattendues, ils hésitent encore à arrêter la caudectomie. Néanmoins, certains éleveurs de porcs ont réussi à garder des porcs avec des queues intactes. Garder des porcs avec une queue intacte est possible, mais à une “condition”, dit Van der Peet. “Nous avons trois conseils pour passer à l’étape suivante. Et ils nécessitent des efforts de la part de toute la chaîne : éleveurs de porcs, agriculteurs, abattoirs, détaillants et gouvernement.

– Tout d’abord, nous recommandons de travailler dans l’ensemble du secteur pour obtenir un soutien en faveur du contrôle du bien-être. Il offre vraiment aux éleveurs de porcs de nouvelles perspectives. Il y a encore des points faibles que les éleveurs de porcs peuvent prendre en compte.

– Deuxièmement, il faut soutenir en permanence les éleveurs de porcs et leur personnel par des connaissances, des formations et un accompagnement pour apprendre à reconnaître (les risques de) morsure de la queue et à intervenir à un stade précoce. Il est également important d’inclure l’éleveur dans ce processus d’accompagnement afin qu’il puisse faire le pas supplémentaire vers l’arrêt de la caudectomie grâce à des conseils bien fondés. En outre, une compensation financière est nécessaire. Une compensation de base du marché pour les coûts supplémentaires (travail) nécessaires à l’élevage de porcs à queue intacte, mais aussi un fonds de calamité pour absorber les dommages économiques. Si, malgré tous nos efforts, des problèmes de morsure surviennent, l’éleveur de porcs ne doit pas être le seul à payer la facture.

– Troisièmement, les résultats les plus probants nécessiteront probablement des investissements (lire : rénovation/nouvelle construction) dans les stalles. Une accélération du processus visant à mettre fin à la caudectomie est possible si les éleveurs de porcs reçoivent un soutien financier pour adapter l’exploitation (éventuellement avec un nouveau bâtiment). Les conversions telles que l’approche dirigée à la source pour réduire les émissions et les modifications des bâtiments d’élevage pour garder les porcs à longue queue peuvent se renforcer mutuellement.

Extrait en anglais (original) : It is still too early to stop docking piglets’ tails on all pig farms in the Netherlands. That is the conclusion of research carried out by Wageningen University & Research and Utrecht University, commissioned by the Producers Organisation for Pig farming (POV) and the Dutch Ministry of Agriculture, Nature and Food Quality. The reason for this outcome is that keeping pigs with intact tails is complex. A pig farmer who stops docking pigs tails should also be able to earn extra money. Training will help pig farmers and yard managers to recognize and reduce the risk of tail-biting. [….]

One of the project’s end products is a welfare check that allows an individual pig farmer to make a risk assessment for biting behavior on his own farm. “Every pig farm is unique and tackling biting behavior therefore requires a farm-specific approach,” says Van der Peet. “Is the climate in the stables good enough, do the animals have enough space near the feed trough, does the pig farmer have sufficient knowledge to intervene proactively, is there good cooperation with the feed consultant and the veterinarian? These kinds of questions all play a role in minimizing the risk of biting behavior.”

Next step

The project’s network of pig farmers has gained a lot of experience, but due to unexpected bite outbreaks they are still hesitant to stop docking. Nevertheless, some pig farmers have succeeded in keeping pigs with long tails. “Keeping pigs with a long tail is possible, but with a ‘proviso’,” says Van der Peet, “We have three pieces of advice to take the next step. And they require effort from the entire chain: pig farmers, farmers, slaughterhouses, retailers and the government.

– Firstly, we recommend working across the sector to build support for the welfare check. It really offers pig farmers new insights. There are still some low-hanging fruits that pig farmers can seize.

– Secondly, continuously support pig farmers and their staff with knowledge, training and coaching to learn to recognise (the risks of) tail-biting and to intervene in an early stage. It is also important to include the farmer in this coaching process so that the farmer can take the next step towards stopping tail docking with well-founded advice. In addition, financial compensation is needed. A basic compensation from the market for the extra costs (labour) required to keep pigs with a long tail, but also a calamity fund to absorb economic damage. If, despite all our efforts, bite problems do occur, it should not just be the pig farmer who pays the bill.

– Thirdly, the higher hanging fruit will probably require investments (read: renovation/new construction) in stalls. An acceleration of the process to stop tail docking is possible if pig farmers receive financial support to adapt the farm (possibly with a new building). Conversions such as source directed approach to reduce emissions and barn modifications for keeping pigs with long tails can reinforce each other.

Logo de l'université de Wageningen
Extrait du site de l’université de Wageningen