Logement et EnrichissementTravail des animaux

Give Them a Toy or Increase Time out of Kennel at Lawn Areas: What Is the Influence of These Interventions on Police Dogs’ Welfare?

Par 30 juillet 2021 août 27th, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Article scientifique publié dans Animals

Auteurs : Letícia Bicudo Nogueira, Rupert Palme, Olívia Mendonça-Furtado

Résumé en français (traduction) : Donner un jouet ou augmenter le temps passé hors du chenil sur les pelouses : Quelle est l’influence de ces interventions sur le bien-être des chiens policiers ?

Ce travail avait pour but d’identifier l’efficacité de deux interventions appliquées à un groupe de huit chiens policiers en chenil. Les interventions consistaient en un accès à une zone de pelouse (350 m2) et à un “jouet” (un rouleau de chiffon de jute de 30 cm, suspendu au plafond du chenil), tous deux disponibles pendant 15 minutes par jour, pendant quatre jours consécutifs. Nous avons recueilli des données comportementales et des échantillons fécaux pour l’évaluation des métabolites du cortisol avant, pendant et après les interventions. Les niveaux de métabolites de cortisol fécaux ont été réduits de manière significative (Friedman, X2(3) = 12,450 ; p = 0,006) au cours de la deuxième série d’interventions, quel que soit le type d’intervention, ce qui indique que les interventions peuvent avoir un effet cumulatif bénéfique. En ce qui concerne la fréquence des comportements stéréotypés, une analyse en cluster a permis d’identifier deux groupes d’individus : (1) des individus fortement stéréotypés (n = 3) qui ont eu tendance à réduire les comportements stéréotypés lors de l’intervention sur la pelouse par rapport à l’intervention avec les jouets (Friedman, X2(3) = 2,530 ; p = 0,068), et (2) des animaux faiblement stéréotypés (n = 5) qui n’ont pas présenté de changements comportementaux significatifs pendant l’expérience. La variété des paramètres comportementaux et endocriniens évalués souligne la nécessité de tenir compte de l’individu dans les recherches sur le comportement et le bien-être. Dans l’ensemble, nos résultats suggèrent que même un simple enrichissement environnemental peut être une méthode efficace pour atténuer les signes comportementaux et physiologiques du stress.

Résumé en anglais (original) : This work was aimed at identifying the effectiveness of two interventions applied to a group of eight kennelled police dogs. Interventions consisted of access to a lawn area (350 m2) and “toy” (a 30 cm jute rag roll, hanging from the kennel ceiling), both available for 15 min a day, for four days in a row. We collected behavioural data and faecal samples for cortisol metabolites evaluation before, during and after interventions. Faecal cortisol metabolites levels were significantly reduced (Friedman, X2(3) = 12.450; p = 0.006) during the second round of intervention, regardless of the type of intervention, indicating that the interventions can have a beneficial cumulative effect. Regarding the frequency of stereotyped behaviour, cluster analysis identified two groups of individuals: (1) high-stereotyping individuals (n = 3) that had a tendency to reduce stereotyping behaviours in the lawn intervention when compared to toy intervention (Friedman, X2(3) = 2.530; p = 0.068), and (2) low-stereotyping animals (n = 5) that did not present significant behavioural changes during the experiment. The variety of behavioural and endocrine parameters evaluated highlights the need to account for the individual in behaviour and welfare research. Overall, our results suggest that even simple environmental enrichment can be an effective method to mitigate behaviour and physiological signs of stress.

Logo de la revue Animals
Extrait du site d’Animals