Santé animale

Keel bone fractures in Danish laying hens: Prevalence and risk factors

Par 13 août 2021 septembre 23rd, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Article scientifique publié dans PLoS ONE

Auteurs : Ida C. N. Thøfner, Jan Dahl, Jens Peter Christensen

Résumé en français (traduction) : Fractures du bréchet chez les poules pondeuses danoises : Prévalence et facteurs de risque

Les fractures du bréchet (FB) dans les systèmes de production avicole commerciale constituent un problème de bien-être majeur avec des conséquences économiques possibles pour l’industrie avicole. Des études récentes suggèrent que la situation générale pourrait être en train de s’aggraver. Selon le système d’élevage, des prévalences de fractures supérieures à 80 % ont été rapportées dans différents pays. Aucune cause spécifique n’a encore été identifiée, ce qui a empêché l’identification des facteurs de risque. L’objectif de cette étude était d’étudier la prévalence de la FB des poules pondeuses danoises et d’identifier les facteurs de risque liés à la FB dans tous les principaux systèmes de production, y compris la production de reproducteurs. Pour l’identification des facteurs de risque, les données de production des troupeaux inclus ont été utilisées. Au total, 4794 oiseaux provenant de 40 élevages ont été examinés à la fin de la ponte. Tous les oiseaux ont été euthanasiés à la ferme et ont subi une inspection et une palpation suivies d’une autopsie. Toutes les observations ont été enregistrées puis analysées à l’aide du progiciel statistique SAS. Dans les troupeaux issus de systèmes sans cage, on a observé une prévalence de fractures comprise entre 53 % et 100 %, tandis que la prévalence dans les troupeaux issus de cages aménagées était comprise entre 50 et 98 %. En outre, des fractures multiples (≥4) ont souvent été observées chez des oiseaux individuels (entre 5 et 81 % des oiseaux présentant des fractures) en fonction du troupeau. La localisation des fractures à l’extrémité distale du bréchet se retrouve dans tous les troupeaux (>96%). Macroscopiquement, les fractures varient morphologiquement d’une absence presque totale de cal, le plus souvent observée chez les oiseaux en cage, à de grandes formations de cal à l’intérieur et autour des lignes de fracture, ce qui est un résultat typique chez les oiseaux en liberté. Bien qu’ils aient été hébergés dans des conditions sans cage, les oiseaux reproducteurs présentaient beaucoup moins de fractures par oiseau (tous les troupeaux étaient âgés de 60 semaines) que les autres oiseaux provenant de systèmes sans cage. Le poids corporel à la fin de la ponte a un effet sur le risque de fractures, les poules lourdes ont significativement moins de fractures à la fin de la ponte. Plus les poules étaient âgées au début de la ponte, plus la prévalence du troupeau était faible à la fin de la ponte. De plus, la taille quotidienne des œufs au début de la ponte était importante pour le risque de développer des fractures, la production d’œufs plus lourds en début de ponte entraînant une prévalence de fractures plus élevée au moment du dépeuplement. L’odds ratio du poids corporel (+100 g) était de 0,97, l’âge au début de la ponte (+1 semaine) était de 0,87 et le poids quotidien des œufs au début de la ponte (+1 gramme) était de 1,03. En conclusion, l’étude a démontré une très forte prévalence de la FB chez les poules de tous les systèmes de production et a identifié la taille de la poule, l’âge au début de la ponte et le poids quotidien de l’œuf en début de ponte comme étant des facteurs de risque majeurs pour le développement de la FB chez la poule pondeuse moderne. Des recherches supplémentaires sur ce sujet sont nécessaires pour renforcer la longévité et améliorer le bien-être des poules pondeuses.

Résumé en anglais (original) : Keel bone fractures (KBF) in commercial poultry production systems are a major welfare problem with possible economic consequences for the poultry industry. Recent investigations suggest that the overall situation may be worsening. Depending on the housing system, fracture prevalences exceeding 80% have been reported from different countries. No specific causes have yet been identified and this has consequently hampered risk factor identification. The objective of the current study was to investigate the prevalence of KBF in Danish layer hens and to identify risk factors in relation to KBF in all major productions systems, including parent stock production. For risk factor identification, production data from the included flocks was used. In total, 4794 birds from 40 flocks were investigated at end-of-lay. All birds were euthanized on farm and underwent inspection and palpation followed by necropsy. All observations were recorded and subsequently analysed using the SAS statistical software package. In flocks from non-caged systems, fracture prevalence in the range 53%-100%, was observed whereas the prevalence in flocks from enriched cages ranged between 50–98%. Furthermore, often multiple fractures (≥4) were observed in individual birds (range 5–81% of the birds with fractures) depending on the flock. The localization of the fractures at the distal end of the keel bone is highly consistent in all flocks (>96%). Macroscopically the fractures varied morphologically from an appearance with an almost total absence of callus, most frequently observed in caged birds, to large callus formations in and around the fracture lines, which was a typical finding in non-caged birds. Despite being housed under cage-free conditions, parent birds had significantly fewer fractures (all flocks were 60 weeks old) per bird, than other birds from cage-free systems. The body weight at end-of-lay had an effect on the risk of having fractures, heavy hens have significantly fewer fractures at end-of-lay. The older the hens were at onset of lay, the lower was the flock prevalence at end-of-lay. Additionally, the daily egg size at onset of lay was of importance for the risk of developing fractures, the production of heavier eggs initially, resulted in higher fracture prevalence at depopulation. The odds ratio of body weight, (+100 g) was 0.97, age at onset of lay (+1 week) was 0.87 and daily egg weight at onset (+1 gram) was 1.03. In conclusion, the study demonstrated a very high prevalence of KBF in hens from all production systems and identified hen size, age at onset of lay and daily egg weight at onset of lay to be major risk factors for development of KBF in the modern laying hen. Further research regarding this is warranted to strengthen the longevity and enhance the welfare of laying hens.

Logo de PLoS ONE
Extrait du site de PLoS ONE