Initiatives en faveur du BEARéglementationTransport, Abattage, Ramassage

Luxembourg bans animal transports to non-EU slaughterhouses

Par 5 mars 2022 mars 20th, 2022 Pas de commentaire

Type de document : Article publié dans Fleischwirtschaft.de

Auteur : Editeur de Fleischvirtschaft.de

Extrait en français (traduction) : Le Luxembourg interdit le transport d’animaux vers des abattoirs hors de l’Union européenne.
La semaine dernière, le ministre de l’agriculture, de la viticulture et du développement rural, Claude Haagen, a annoncé l’interdiction par le Luxembourg du transport d’animaux vivants vers des abattoirs de pays tiers. L’interdiction entrera en vigueur le 1er mai.  Même si seulement 271 bovins ont été exportés entre 2017 et 2021, l’interdiction du transport sur de longues distances vers les abattoirs est considérée comme essentielle car « l’agriculture durable de haute qualité que nous visons doit aspirer aux normes les plus élevées en matière de protection des animaux », a affirmé le ministre.
Selon le ministère, l’interdiction s’inscrit dans la continuité de la volonté de placer le bien-être animal en tête de l’agenda politique tout en répondant aux attentes du secteur agricole et des citoyens soucieux des conditions de vie des animaux d’élevage.
L’interdiction luxembourgeoise fait suite à un vote du Parlement européen, fin janvier, visant à intensifier les efforts pour respecter le bien-être des animaux pendant le transport. Les règles de l’UE sur le transport des animaux avaient été critiquées comme étant obsolètes, trompeuses et mal appliquées.
Les députés ont adopté des recommandations visant à limiter la durée du transport et à garantir un confort adéquat. Le transport des animaux vers les abattoirs ne devrait pas dépasser huit heures, tandis que les jeunes animaux ne devraient être transportés que par les éleveurs et sur une distance inférieure à 50 km. En outre, les conditions de transport devraient être documentées et des caméras de vidéosurveillance devraient permettre de contrôler les pratiques de chargement et de déchargement.
Les députés ont également demandé à la Commission de présenter d’urgence un plan d’action pour soutenir cette transition jusqu’en 2023, incluant la proposition d’un fonds spécifique pour minimiser les impacts socio-économiques des changements qui doivent être effectués.

Extrait en anglais (original) : Last week, the Minister of Agriculture, Viticulture and Rural Development Claude Haagen announced Luxembourg’s ban on live animal transportation to slaughterhouses in third countries. The ban will come into effect on 1 May. Even though only 271 cattle had been exported between 2017 and 2021, prohibiting long-distance transportation to slaughterhouses was seen as essential as « the high-quality sustainable agriculture we aim to achieve must aspire to the highest standards of animal protection, » the Minister claimed.
According to the Ministry, the ban is part of the consistent continuation to place animal welfare at the top of the political agenda while also addressing the expectations of the agricultural sector and citizens concerned about the living conditions of farm animals.
Luxembourg’s ban follows a European Parliament vote at the end of January to step up the efforts to respect animal welfare during transport. EU rules on animal transport had been criticised as outdated, misleading and poorly enforced.
MEPs adopted recommendations on restricting transportation time and ensuring adequate comfort. Animal transportation to slaughterhouses should not exceed eight hours, while young animals should only be transported by farmers and over a distance shorter than 50 km. Furthermore, travel conditions should be documented, and CCTV cameras should help monitor loading and unloading practices.
MEPs also called on the Commission to urgently present an action plan to support this transition until 2023, including a proposal on a specific fund to minimise the socio-economic impacts of the changes that need to be made.

Extrait du site de Fleischwirtschaft