Prise en charge de la douleur

Evidence of Pain, Stress, and Fear of Humans During Tail Docking and the Next Four Weeks in Piglets (Sus scrofa domesticus)

Par 11 décembre 2019 mars 11th, 2020 Pas de commentaire

Type de publication : article scientifique publié dans Frontiers in Veterinary Science

Résumé en français (traduction) : La coupe de queue est largement pratiquée dans les élevages de porcs pour éviter qu’ils ne se mordent la queue. Nous avons étudié les conséquences de cette pratique sur les indicateurs comportementaux de douleur et de stress, et sur la relation homme-porc pendant la lactation. Dans 19 portées, les porcelets (âgés de 1 à 3 jours) ont été soumis le jour 0 (J0) à une coupe de queue avec un fer à cautériser (C), une coupe de queue simulée (S) ou aucune coupe de queue (NC). Les porcelets des groupes C et S ont été observés pendant la procédure (mouvements du corps et vocalisations) et juste après, en isolement, pendant 20 s pour les postures du corps, de la queue et des oreilles ainsi que les mouvements des oreilles. Les porcelets des trois traitements ont été observés dans leur enclos d’origine après la coupe de queue, l’après-midi des J0 et J3, pour la posture du corps, de la queue et les mouvements. Les porcelets des groupes C et NC ont été observés à J6, J12, J19 et J26 dans leur enclos d’origine pour leur comportement oral, la posture de leur corps et de leur queue. Les dommages à la queue et les taches de déchirure ont été notés aux points J5, J11, J18 et J25. Un test de latence de contact avec un homme immobile de 5 minutes a été effectué à J14. Pendant la procédure, les porcelets C ont crié davantage et avec une intensité plus élevée (P < 0,05) que les porcelets S (n = 48-50). Juste après la coupe de queue, les porcelets C ont maintenu leurs oreilles dans une position perpendiculaire à l’axe tête-queue et ont changé de position plus souvent (P < 0,05). Entre J6 et J26, les porcelets C ont maintenu leur queue immobile (P < 0,001) et en position horizontale (P < 0,01) plus souvent que les porcelets NC (n = 45-47). Entre J11 et J25, les porcelets NC ont obtenu des scores plus élevés que les porcelets C pour les dommages à la queue et la fraîcheur des lésions (0,09 < P < 0,02), tandis que le score des taches de déchirure était similaire. Dans le test de latence de contact avec l’homme, les porcelets C ont interagi plus tard avec un humain inconnu que les porcelets NC (P = 0,01, n = 18/groupe). Les données actuelles indiquent des signes de douleur aiguë et de stress chez les porcelets dus à la coupe de queue pendant la procédure elle-même et des conséquences néfastes tout au long de la lactation par la suite, y compris sur leur relation avec les humains. D’autre part, la présence de lésions de la queue montre que les porcelets dont la queue n’est pas coupée sont sujets à plus de morsures de la queue, même avant le sevrage.

Résumé en anglais (original) : Tail docking is widely performed in pig farms to prevent tail biting. We investigated the consequences of this practice on behavioral indicators of pain and stress, and on the human-piglet relationship during lactation. Within 19 litters, piglets (1–3 days of age) were submitted on day 0 (D0) to docking with a cautery iron (D), sham-docking (S), or no docking (U). Piglets from the D and S groups were observed during the procedure (body movements and vocalizations) and just after, in isolation, during 20 s for body, tail and ear postures as well as ear movements. Piglets from the three treatments were observed in their home pen after docking on D0 and D3 afternoon for body posture, tail posture and movements. Piglets from the D and U groups were observed on D6, D12, D19, and D26 in their home pen for oral behavior, body, and tail posture. Tail damage and tear staining were scored on D5, D11, D18, and D25. A 5-min motionless human test was performed on D14. During the procedure, D piglets screamed more and with a higher intensity (P < 0.05) than S piglets (n = 48–50). Just after docking, D piglets held their ears in a posture perpendicular to the head-tail axis and changed their ear posture more often (P < 0.05). Between D6 and D26, D piglets kept their tail immobile (P < 0.001) and in a horizontal position (P < 0.01) more often than U piglets (n = 45–47). Between D11 and D25, U piglets had higher scores for tail damage and damage freshness than D piglets (0.09 < P < 0.02) whereas tear-stain score was similar. In the human test, D piglets interacted later with an unfamiliar human than U piglets (P = 0.01, n = 18/group). Present data indicate signs of acute pain and stress in piglets due to docking during the procedure itself and adverse consequences throughout lactation thereafter, including on their relationship with humans. On the other hand, the presence of tail lesions shows that undocked piglets are subject to more tail biting, even before weaning.

Logo de Frontiers in Veterinary Science
Extrait du site Frontiers in Veterinary Science