Evaluation du BEA et Etiquetage

On-Farm Welfare Assessment of Horses: The Risks of Putting the Cart before the Horse

Par 25 février 2020 mars 11th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : article scientifique publié dans Animals

Auteurs : Martine Hausberger, Noémie Lerch, Estelle Guilbaud, Mathilde Stomp, Marine Grandgeorge, Séverine Henry, Clémence Lesimple

Résumé en français (traduction) : Cette étude examine les protocoles existants pour l’évaluation du bien-être des chevaux au sein de l’élevage. Les études scientifiques récentes convergent pour promouvoir des critères d’évaluation basés sur les animaux plutôt que sur les ressources, car ils représentent mieux l’état réel du bien-être d’un animal. Nous examinons les protocoles existants, leurs points forts et leurs limites en termes de choix d’indicateurs, de méthodes d’échantillonnage et de notation, puis nous confrontons leurs résultats avec ceux obtenus dans différentes études scientifiques. Il apparaît que des recherches supplémentaires sont encore nécessaires, et nous proposons des pistes de réflexion et des aspects pratiques à améliorer. Ceci est très important afin d’éviter une sous-évaluation du bien-être des chevaux, qui serait préjudiciable à la discrimination entre les pratiques positives et celles qui compromettent le bien-être. Les animaux expriment leurs états internes par des changements de comportement, et la première fenêtre que nous pouvons avoir sur l’état mental de bien-être positif ou négatif d’un animal est l’observation des modifications de comportement, qui devrait être la première étape. À ce stade, dans les pays à revenu élevé, il faut développer davantage la recherche avant de diffuser les protocoles ou les résultats au public. Il est important d’éviter de proposer des protocoles qui reposent sur des indicateurs qui doivent encore être affinés pour garantir la fiabilité de leur diffusion.

Résumé en anglais (original) : The present review examines existing protocols for assessing horse welfare at the farm level. Recent scientific studies converge to promote animal-based rather than resource-based criteria for these assessments because they better represent the actual welfare state of an animal. We examine existing protocols, their strengths and limitations in terms of choice of indicators, sampling methods and scoring and then confront their results with those obtained in different scientific studies. It appears that there is still a need for more research, and we propose lines of thought and practical aspects for improvement. This is highly important in order to avoid under-evaluation of horses’ welfare, which would be deleterious for the discrimination of positive versus welfare-compromising practices. Animals express their internal states through behavioral changes, and the first window we can have into an animal’s mental state of positive or negative well-being is by observing behavioral modifications, which should be the first step. At this stage, in high-income countries, more research has to be developed before disseminating protocols or results to the public. It is important to avoid proposing protocols that rely upon indicators that still need to be refined in order to ensure the reliability of their dissemination.    

Logo de la revue Animals
Extrait du site Animals