Alimentation animale

Effect of qualitative feed restriction in broiler breeder pullets on stress and clinical welfare indicators

Par 7 mai 2020 mai 25th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : article scientifique disponible en ligne avant publication dans Frontiers of Veterinary Science

Auteurs : Fernanda M. Tahamtani, Hengameh Moradi, Anja B. Riber

Résumé en français (traduction) : La restriction alimentaire appliquée pendant l’élevage des reproducteurs de poulets de chair inflige une faim chronique et une frustration due à des besoins comportementaux non satisfaits en matière d’alimentation. Afin d’atténuer les problèmes de bien-être, la restriction alimentaire qualitative permet de fournir une plus grande quantité d’aliments sans augmenter l’apport énergétique. Dans la présente étude, l’objectif était d’étudier l’effet de la restriction qualitative de l’alimentation en alimentation diffuse sur une série d’indicateurs de bien-être chez les éleveurs de poulets de chair à la fin de la période d’élevage. Au total, 1200 poussins reproducteurs femelles du génotype Ross 308 ont été logés dans 24 enclos : six enclos contenant initialement 50 oiseaux par traitement diététique. Les traitements étaient : 1) aliment standard (Contrôle), 2) aliment standard dilué avec des écorces d’avoine (Insoluble), 3) aliment standard dilué avec des écorces d’avoine et de la pulpe de betterave sucrière (Mixte) et 4) aliment standard plus ensilage de maïs (Fourrage). À l’âge de 15 semaines, un échantillon de sang a été prélevé sur 40 oiseaux (10/traitement) cinq fois en 24 h. Le plasma a été analysé pour la concentration en corticostérone. À 19 semaines, une évaluation clinique du bien-être a été effectuée sur tous les oiseaux avant qu’ils ne soient sacrifiés. Pour chaque oiseau, trois plumes ont été prélevées et examinées au microscope pour détecter un manque de barbes. La longueur et le poids des plumes ont également été enregistrés. La mortalité a été enregistrée en nombre d’occurrences tout au long de la période d’élevage. Le traitement a affecté l’état du plumage, la dermatite des coussinets, la propreté du plumage, le collage du cloaque et le nombre de barbes fortement anormales (P≤0,05) mais pas le taux de corticostérone, les brûlures du jarret, l’hyperkératose ni la mortalité  (P ≥ 0,17). Il y avait une interaction positive entre le traitement et le type de plumes sur le nombre total de barbes manquantes par plume, la position moyenne des absences de barbes par rapport à la base de la plume et les taux de croissance de la masse et de la longueur des plumes (P < 0,0001). Dans l’ensemble, les résultats ont montré une amélioration du bien-être des oiseaux du groupe fourrage et une réduction du bien-être des oiseaux du groupe mixte, tandis que le bien-être des oiseaux du groupe insoluble ne semblait pas différer sensiblement de celui des oiseaux témoins. Nous recommandons de poursuivre le développement d’une stratégie d’alimentation comprenant l’allocation quotidienne de fourrage grossier aux reproducteurs de poulets de chair pendant la période d’élevage.

Résumé en anglais (original) : The feed restriction applied during rearing of broiler breeders inflicts chronic hunger and frustration due to unfulfilled behavioural needs for feeding. To alleviate the welfare problems associated with feed restriction, qualitative feed restriction allows a larger amount of feed to be provided without increasing the energy intake. In the present study, the aim was to investigate the effect of scatter-fed qualitative feed restriction on a range of welfare indicators in broiler breeders at the end of the rearing period. In total, 1200 female breeder chicks of the genotype Ross 308 were housed in 24 pens: six pens of initially 50 birds per dietary treatment. The treatments were: 1) standard feed (Control), 2) standard feed diluted with oat hulls (Insoluble), 3) standard feed diluted with oat hulls and sugar beet pulp (Mixed) and 4) standard feed plus maize silage (Roughage). At 15 weeks of age, a blood sample was taken from 40 birds (10/treatment) five times within 24 h. The plasma was analysed for corticosterone concentration. At 19 weeks of age, a clinical welfare assessment was performed on all birds before they were sacrificed. From each bird, three feathers were plucked and macroscopically examined for the presence of fault bars. Feather length and weight were also recorded. Mortality was registered on occurrence throughout the rearing period. Treatment affected the plumage condition, footpad dermatitis, plumage dirtiness, vent pasting, and number of severe fault bars (P ≤ 0.05) but not plasma corticosterone concentration, hock burns, hyperkeratosis and mortality (P ≥ 0.17). There was an effect of the interactions between treatment and feather type on the total number of fault bars per feather, average position of the fault bars relative to the base of the feather, and growth rates of feather mass and length (P < 0.0001). Overall, the results showed improved welfare of Roughage birds and reduced welfare of Mixed birds, whereas the welfare of Insoluble birds did not seem to differ noticeably from that of Control birds. We recommend to further develop a feeding strategy that includes daily allocation of roughage to broiler breeders during the rearing period.

Logo de Frontiers in Veterinary Science
Extrait du site de Frontiers in Veterinary Science