Ethique-sociologie-philosophieInitiatives en faveur du BEA

Prioritisation of animal welfare issues in the UK using expert consensus

Par 5 juillet 2020 septembre 25th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : article scientifique disponible en ligne avant publication dans Vet. Record.

Auteurs : Fiona Rioja-Lang, Heather Bacon, Melanie Connor, Cathy Mary Dwyer

Résumé en français (traduction) : Contexte – Le bien-être de tous les animaux sous responsabilité humaine est un sujet de préoccupation publique constant, mais les stratégies visant à améliorer le bien-être peuvent varier d’une espèce à l’autre. Dans cette étude, un consensus d’experts, utilisant une approche Delphi modifiée, a été obtenu pour prioriser les questions de bien-être des animaux d’élevage et de compagnie au Royaume-Uni.

Méthodes – L’étude a fait appel à 117 experts, répartis en huit groupes d’espèces. Les experts ont été recrutés dans un large éventail de disciplines. Deux séries d’enquêtes ont été réalisées à l’aide d’un outil d’enquête en ligne, et la dernière série a consisté en un atelier en personne avec une sous-section d’experts (n=21). Les experts ont convenu que les questions de bien-être devaient être classées en trois catégories : (1) la gravité, (2) la durée et (3) la prévalence perçue. Résultats – Une liste complète des problèmes de bien-être a été dressée pour chaque espèce par des groupes de discussion (chats, lapins et chevaux) ou par une analyse documentaire (chiens, porcs, volailles, bovins et petits ruminants). Dans la première enquête en ligne, les experts ont noté chaque problème de bien-être en utilisant les trois catégories (gravité, durée et prévalence) sur une échelle de Likert à 6 points, où 1 = jamais/aucun et 6 = toujours/élevé. Les listes de problématiques de bien-être ont été réduites à 25 % – 59 % du nombre total, en déterminant les classements moyens à partir des évaluations des experts. Au deuxième tour, il a été demandé aux experts s’ils étaient d’accord ou non avec les classements. Dans la dernière étape, au cours de l’atelier, les questions de bien-être animal les mieux classées ont été déterminées pour chaque animal (en considérant la plus grande gravité et la plus longue durée, selon l’avis des experts) et pour la prévalence perçue.

Conclusions – Dans l’ensemble, les questions de bien-être prioritaires comprenaient le manque de connaissance des besoins en matière de bien-être, les questions de comportement social, les comportements problématiques, l’alimentation et l’environnement inappropriés, le manque de soins vétérinaires, les conséquences des décisions d’élevage, la mauvaise gestion de la douleur, le retard dans l’euthanasie et la mauvaise santé chronique. Le processus Delphi a abouti à un consensus sur les défis les plus importants en matière de bien-être des animaux au Royaume-Uni et peut aider à orienter les futures décisions prioritaires en matière de recherche et d’éducation.

Résumé en anglais (original) : Background – The welfare of all animals under human management is an area of consistent public concern, but strategies to improve welfare may vary across species. In this study, expert consensus, using a modified Delphi approach, was used to prioritise welfare issues of farmed and companion animals in the UK.

Methods – The study involved 117 experts, divided between eight species groups. Experts were recruited from a broad range of disciplines. Two rounds of online surveys were conducted using the online survey tool, and the final round was an in-person workshop with a subsection of experts (n=21). The experts agreed that welfare issues should be ranked considering three categories: (1) severity, (2) duration and (3) perceived prevalence.

Results – A comprehensive list of welfare issues was generated for each species by discussion boards (cats, rabbits and horses) or by literature review (dogs, pigs, poultry, cattle and small ruminants). In the first online survey, the experts scored each welfare issue using the three categories (severity, duration and prevalence) on a 6-point Likert scale, where 1=never/none and 6=always/high. Lists of welfare issues were reduced to 25 per cent–59 per cent of the total number, by determining mean ranks from expert ratings. In round 2, experts were asked whether they agreed or disagreed with the rankings. In the final stage, during the workshop, the top-ranking welfare issues for animals were determined for individual animals (considering the greatest severity and duration, in the expert’s opinion) and for perceived prevalence.

Conclusions – Overall, prioritised welfare issues included lack of knowledge of welfare needs, social behaviour issues, problem behaviours, inappropriate diet and environment, lack of veterinary care, consequences from breeding decisions, poor pain management, delayed euthanasia and chronic ill health. The Delphi process resulted in consensus on the most significant welfare challenges of animals in the UK and can help to guide future research and education priority decisions.

Logo de Veterinary Record
Extrait du site de VetRecord