Conduite d'élevage et relations homme-animalEthique-sociologie-philosophie

Is Dairy Farming Cruel to Cows?

Par 29 décembre 2020 février 23rd, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Article publié dans le New-York Times

Auteur : Andrew Jacobs

Extrait en français (traduction) : L’élevage laitier est-il cruel pour les vaches ?

Un petit groupe de scientifiques spécialisés dans le bien-être des animaux cherche des réponses à cette question. Face à un mouvement anti-laitier croissant, de nombreux agriculteurs modifient leurs pratiques […].

Pour les militants des droits des animaux, les éleveurs laitiers sont les rouages d’un système de production alimentaire industriel inhumain qui condamne ces ruminants dociles à une vie de misère.  Après des années de campagnes réussies qui ont mobilisé l’opinion publique contre d’autres pratiques agricoles acceptées depuis longtemps, ils ont pris pour cible l’industrie laitière nationale, qui représente 620 milliards de dollars.[…]

La Fédération nationale des producteurs de lait, qui représente la plupart des 35 000 producteurs de lait du pays, a tenté d’éviter l’aigreur de l’opinion publique en promouvant un meilleur bien-être animal parmi ses membres.  Cela signifie encourager des visites plus fréquentes des fermes par les vétérinaires, exiger des ouvriers à faible salaire qu’ils suivent régulièrement des formations sur la manipulation “humaine” des vaches, et supprimer progressivement la pratique de l’ablation de la queue.

“Je ne pense pas que vous trouverez des éleveurs qui ne font pas de leur mieux pour améliorer les soins et le bien-être de leurs animaux”, a déclaré Emily Yeiser Stepp, qui dirige l’initiative de la fédération en matière de soins aux animaux, vieille de 12 ans. “Cela dit, nous ne pouvons pas rester sourds aux valeurs des consommateurs. Nous devons faire mieux, et leur donner une raison de rester dans le rayon des produits laitiers”. […]

Le Professeur von Keyserlingk, [chercheur à l’Université de Colombie britannique au Canada et pionnier largement reconnu dans le domaine du bien-être animal], a des conversations [tout aussi] difficiles avec les agriculteurs qu’elle rencontre à travers l’Amérique du Nord.Comme de nombreux scientifiques spécialisés dans le bien-être des animaux, [le professeur von Keyserlingk, chercheur à l’Université de Colombie britannique au Canada et pionnière largement reconnue dans le domaine du bien-être animal] rejette l’idée que l’élevage laitier est fondamentalement inhumain, mais elle affirme que les agriculteurs ont la responsabilité d’améliorer continuellement le bien-être de leurs troupeaux. Cela signifie qu’ils doivent reconsidérer – ou du moins parler – de certaines pratiques fondamentales, comme la séparation des vaches et des veaux.

Le professeur von Keyserlingk dit souvent aux agriculteurs récalcitrants que le fait d’ignorer la question pourrait revenir les hanter si suffisamment de consommateurs se retournent contre l’élevage laitier.

“Nous vivons dans des sociétés où les gens peuvent prendre des décisions sur ce qu’ils mangent en fonction de leurs valeurs”, dit-elle. “C’est l’un des plus grands défis auxquels est confrontée toute l’agriculture animale car, même si le public ne s’attend pas à ce que l’agriculture change du jour au lendemain, il s’attend à ce que les agriculteurs donnent à leurs vaches une vie raisonnablement bonne, même si elle est courte”.

Extrait en anglais (original) : A small group of animal welfare scientists is seeking answers to that question. Facing a growing anti-dairy movement, many farmers are altering their practices.[…]

To [animal rights activists], dairy farmers are cogs in an inhumane industrial food production system that consigns these docile ruminants to a lifetime of misery. After years of successful campaigns that marshaled public opinion against other long-accepted farming practices, they have been taking sharp aim at the nation’s $620 billion dairy industry.

The National Milk Producers Federation, which represents most of the country’s dairy 35,000 dairy farmers, has been trying to head off the souring public sentiment by promoting better animal welfare among its members. That means encouraging more frequent veterinarian farm visits, requiring low-wage workers to undergo regular training on humane cow handling, and the phasing out of tail docking — the once-ubiquitous practice of removing a cow’s tail.

“I don’t think you’ll find farmers out there who are not trying their best to enhance the care and welfare of their animals,” said Emily Yeiser Stepp, who runs the federation’s 12-year-old animal care initiative. “That said, we can’t be tone-deaf to consumers’ values. We have to do better, and give them a reason to stay in the dairy aisle.” […]

Professor von Keyserlingk, [a researcher at the University of British Columbia in Canada and a widely recognized pioneer in the field of animal welfare], has similarly tough conversations with the farmers she meets across North America. Like many animal welfare scientists, she rejects the notion that dairy farming is fundamentally inhumane, but she says farmers have a responsibility to continuously improve the well-being of their herds. That means reconsidering — or at least talking about — some bedrock practices, like cow-calf separation.

Professor von Keyserlingk often tells recalcitrant farmers that ignoring the issue could come back to haunt them if enough consumers turn against dairy.

“We live in societies where people can make decisions about what they eat based on their values,” she said. “This is one of the biggest challenges facing all of animal agriculture because although the public doesn’t expect farming to change overnight, they expect that farmers give their cows a reasonably good life, even if it’s a short one.”

Extrait du site du New York Times