Conduite d'élevage et relations homme-animalEthique-sociologie-philosophieTravail des animaux

Rider effects on horses’ conflict behaviour, rein tension, physiological measures and rideability scores

Par 15 janvier 2021 mai 26th, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Article scientifique publié dans Applied Animal Behaviour Science

Auteurs : Janne Winther Christensen, Rikke Munk, Lesley Hawson, Rupert Palme, Torben Larsen,

Agneta Egenvall, Uta U. König von Borstel, Maria Vilain Rørvang

Résumé en français (traduction) : Effets du cavalier sur les comportements conflictuels des chevaux, la tension des rênes, les mesures physiologiques et les notes d’aptitude à l’équitation

De nombreuses organisations d’élevage incluent une notation subjective de la maniabilité par un cavalier professionnel dans leur évaluation des chevaux de sport, mais la cohérence et la fiabilité du système de notation sont discutables. L’objectif de cette étude était d’examiner (i) si les cavaliers professionnels sont d’accord dans leur évaluation de la maniabilité, (ii) si les notes de maniabilité sont affectées par la tension des rênes, le comportement conflictuel du cheval, la fréquence cardiaque et le taux de cortisol salivaire, et (iii) si les cavaliers induisent différents niveaux de comportement conflictuel et de réponses physiologiques chez les chevaux. Dix cavalières professionnelles ont chacune monté 10 chevaux de dressage (niveau M de l’échelle allemande ; n = 100 combinaisons) lors d’un test de dressage standardisé (10 minutes d’échauffement suivies d’un test de 4 minutes) et ont ensuite évalué la maniabilité des chevaux sur l’échelle officielle de 1 à 10 (1 = mauvaise à 10 = excellente) de la Fédération danoise d’équitation. La tension des rênes, la fréquence cardiaque du cheval, le taux de cortisol salivaire et le comportement conflictuel ont été mesurés pour chaque paire cavalière-cheval. Les cavalières n’étaient pas toutes d’accord dans leur évaluation de la maniabilité des chevaux, par exemple, les notes de l’une des chevaux allaient de 1 à 8. Il y avait un effet significatif de la cavalière (P = 0,003) et de la fréquence du comportement conflictuel (mouvements indésirables de la tête : P < 0,001, rupture de l’allure : P = 0,013, et autres comportements d’évitement : P = 0,032) sur les scores de maniabilité, c’est-à-dire que plus le comportement conflictuel était important, plus le score était faible. La tension des rênes et les mesures physiologiques n’ont pas eu d’effet significatif sur les scores de maniabilité. Cependant, on a constaté un effet significatif de la cavalière sur la tension des rênes, la fréquence cardiaque des chevaux et l’augmentation des concentrations de cortisol salivaire, ainsi qu’une tendance à certains types de comportement conflictuel, ce qui suggère que certaines cavalières induisent plus d’inconfort chez les chevaux. De futures études pourraient contribuer à mettre en lumière les éléments du style d’équitation qui sont particulièrement importants pour le bien-être des chevaux de sport. En conclusion, cette étude a révélé une grande variation dans les notes de maniabilité attribuées à dix chevaux de sport par dix cavalières professionnelles. Les scores de maniabilité dépendaient du niveau de comportement conflictuel du cheval, mais pas de la tension des rênes ni des mesures physiologiques. D’autres études sont nécessaires pour améliorer l’objectivité, la cohérence et la fiabilité de l’évaluation de la maniabilité des chevaux de sport.

Résumé en anglais (original) : Many breeding organisations include a subjective scoring of rideability by a professional rider into their evaluation of sports horses, but the consistency and reliability of the scoring system is debateable. The aim of this study was to investigate (i) whether professional riders agree in their scoring of rideability, and (ii) whether rideability scores are affected by rein tension, horse conflict behaviour, heart rate, and salivary cortisol, and (iii) whether riders induce different levels of conflict behaviour and physiological responses in the horses. Ten professional, female riders each rode 10 dressage horses (level M German scale; n = 100 combinations) through a standardised dressage test (10 min warm-up followed by a 4-min test) and subsequently scored the horses for rideability on the official 1–10 scale (1 = poor to 10 = excellent) from the Danish Riding Federation. Rein tension, horse heart rate, saliva cortisol and conflict behaviour were measured for each rider-horse pair. The riders were inconsistent in their scoring of rideability to the individual horses, e.g. scores for one of the horses ranged from 1 to 8. There was a significant effect of rider (P = 0.003) and the frequency of conflict behaviour (undesired head movements: P < 0.001, breaking the gait: P = 0.013, and other evasive behaviour: P = 0.032) on rideability scores, i.e. the more conflict behaviour the lower the score. There was no significant effect of rein tension and the physiological measures on rideability scores. However, there was a significant effect of rider on rein tension, horses’ heart rate and increases in saliva cortisol concentrations and a tendency for some types of conflict behaviour, suggesting that some riders induced more discomfort in the horses. Future studies could help shed light on which elements of riding style are particularly important for sports horse welfare. In conclusion, this study found a large variation in rideability scores assigned to ten sports horses by ten professional riders. Rideability scores were dependent on the level of horse conflict behaviour, but not rein tension and physiological measures. Further studies are needed to improve the objectivity, consistency and reliability of rideability assessment of sports horses.

Logo d'Applied Animal Behaviour Science
Extrait du site d’Applied Animal Behaviour Science