Santé animale

La cochette, sensible aux boiteries

Par 28 février 2021 mars 11th, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Article publié dans Le Paysan breton

Auteur : Bernard Laurent

Extrait : Les troubles locomoteurs, les boiteries et les lésions des onglons représentent environ 8 à 16 % des causes de réforme.

Une étude met en évidence une prédominance de boiteries sur cochettes. « La courbe en U en gestation peut générer, pour ces jeunes animaux, des carences en minéraux car ils ont toujours des besoins pour leur croissance  », indique Jeanne Dupuis, vétérinaire du réseau Cristal.

La quarantaine, suite au transport et au mélange, est une phase critique pour les arthrites à mycoplasme, encore plus si la surface disponible par animal est réduite. « Un rationnement plus important en fin de gestation est associé statistiquement aux troupeaux à forts troubles locomoteurs ». Le sevrage et la mise en groupe constituent une phase à risque (bagarres, animaux affaiblis). Les boiteries sont moins nombreuses sur paille que sur caillebotis. Les grands groupes Dac dynamiques sont plus à risque. Les sols sales et glissants favorisent les problèmes. « Une bonne ventilation et une désinfection périodique sont nécessaires ».

Le zinc joue un rôle important

Une ration correctement formulée, équilibrée, répondant aux besoins des animaux et présentant la teneur adaptée en nutriments essentiels, vitamines, minéraux et oligo-éléments, est indispensable à la bonne croissance et au fonctionnement optimal des pattes et des onglons. Les oligo-éléments (cuivre, fer, manganèse, zinc, molybdène, chrome, fluor, silicone et sélénium) doivent faire l’objet d’une attention particulière car ils jouent un rôle essentiel au bon fonctionnement de l’organisme. Ils sont étroitement liés au développement de la corne des onglons, à l’ossification et à la croissance des membres. Le zinc joue un rôle important dans l’ossification et la croissance saine de la corne. Une carence en zinc se manifeste par une fragilisation de celle-ci, des changements de couleur et une kératinisation cutanée. Au contraire, un excès entraîne une baisse de l’appétit et des arthrites.

Chélates

« De nombreuses données indiquent que les chélates, formes organiques des oligo-éléments, présentent la meilleure biodisponibilité ». L’excès de protéines peut entraîner des fourbures. Les bains antiseptiques et durcissants (pédiluves) sont indiqués dans les élevages à problème. « La taille des onglons peut aussi être envisagée. Elle est plus souvent pratiquée au Danemark ».

Le rythme d’alimentation (Dac) et d’abreuvement ne sont pas des indicateurs fiables des problèmes locomoteurs en raison de la variabilité forte de comportement entre individus. « Des outils connectés, comme les accéléromètres apporteront peut-être des indications aux éleveurs dans un futur proche ».

Logo du site Paysan breton
Extrait du site du Paysan breton