Conduite d'élevage et relations homme-animal

Escaping the gilded cage: Could COVID-19 lead to improved equine welfare? A review of the literature

Par 15 avril 2021 mai 26th, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Revue scientifique publiée dans Applied Animal Behaviour Science

Auteurs : Jo Hockenhull, Tamzin Furtado

Résumé en français (traduction) : S’évader de la prison dorée : Le COVID-19 pourrait-il conduire à une amélioration du bien-être des équidés ? Une revue de la littérature

Traditionnellement, les équidés britanniques sont détenus dans des ” prisons dorées “, des espaces aseptisés qui visent à fournir tout le confort possible, tout en protégeant le cheval de toute forme de mal ou de détresse. Les chevaux disposent généralement d’une “chambre”, un espace privé où ils peuvent se reposer sur un lit confortable et propre, porter des vêtements chauds et à la mode, profiter d’une nourriture abondante et peut-être jouer avec des jouets. Ces espaces sécurisés peuvent aller jusqu’à la fourniture d’une aire de repos isolée dans des carrés d’herbe relativement petits et stériles. Pourtant, ces espaces sont très éloignés du mode de vie naturel du cheval. Les chevaux sont des animaux de pâturage qui vivent naturellement en troupeaux et couvrent de vastes espaces tout en cherchant de la nourriture avec leurs compagnons de troupeau, et il est inévitable que de nombreux chevaux dont les besoins ne sont pas satisfaits manifestent des comportements indésirables tels que mordre, ruer ou se cabrer. Malgré cela, la communauté équine perçoit traditionnellement la vie isolée et confortable comme l’idéal pour les chevaux, les décrivant souvent comme “vivant comme des rois”.

La pandémie de COVID-19 a marqué un tournant intéressant : pendant la période initiale d’isolement (mars-mai 2020), les propriétaires de chevaux ont eux-mêmes fait l’expérience de la vie dans une prison dorée. Soudain, la population humaine a été plongée dans les mêmes conditions que celles qui sont considérées comme optimales pour nos chevaux ; nous avons dû “rester à la maison”, nous avons connu un manque de contacts sociaux, des mouvements limités et, peut-être le plus important, une absence de choix.

Dans cet article, nous passons en revue les recherches publiées sur le bien-être équin afin de comparer les façons dont le confinement humain reflète la gestion équine standard. Nous comparons les façons dont la littérature publiée sur les réactions humaines au confinement donne un aperçu des problèmes courants de gestion des équidés, et enfin, nous examinons la littérature sur les relations entre l’homme et l’animal pendant le confinement, et comment la convergence de ces domaines pourrait modifier les relations entre l’homme et l’équidé et le bien-être équin à l’avenir. Ces changements ont des implications pour le traitement à long terme des équidés au Royaume-Uni, ainsi que pour les autres animaux de compagnie qui vivent traditionnellement leur vie dans des “prisons dorées”.

Résumé en anglais (original) : Traditionally, UK equines are kept in “gilded cages”; sanitised spaces which aim to provide every comfort, whilst shielding the horse from any form of harm or distress. Horses are typically provided with a “bedroom”; a private space where they may rest on a comfortable clean bed, wear fashionable and warm clothing, enjoy plentiful food, and perhaps play with some toys. These safe spaces may extend to the provision of individually isolated turnout in relatively small, sterile squares of grass. Yet, these spaces are a far cry from the natural lifestyle of the horse. Horses are grazing animals which would naturally live in herds and cover wide spaces while seeking food with their herd-mates, and inevitably many horses whose needs are not met display unwanted behaviours such as biting, bucking, or barging. Despite this, the equine community traditionally perceives isolated, comfortable lives as the ideal for horses, often describing them as “living like kings”.

The COVID-19 pandemic presented an interesting turning point: during the initial lockdown (March-May 2020), horsepeople themselves experienced life in a gilded cage. Suddenly, the human population was plunged into many of the same conditions which are seen as optimal for our horses; we had to “stay at home”, experienced a lack of social contact, restricted movement and, perhaps most importantly, a lack of choice.

In this paper, we review published equine welfare research to compare the ways in which human lockdown reflects standard equine management. We compare the ways in which published literature about human responses to lockdown give insight to common equine management issues, and finally we consider the literature around human-animal relationships during lockdown, and how the culmination of these fields might alter human-equine relationships and equine welfare as we move forward.

These changes have implications for the long-term treatment of equines in the UK, as well as for other companion animals who traditionally live their lives in “gilded cages”.

Logo d'Applied Animal Behaviour Science
Extrait du site d’Applied Animal Behaviour Science