Ethique-sociologie-philosophie

La gouvernance de la santé animale : entre biosécurité et bien public mondial

Par 3 décembre 2021 décembre 22nd, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Article scientifique publié dans Natures Sciences Sociétés

Auteur : Muriel Figuié

Résumé en français (original) : L’article examine l’histoire, les définitions, les objectifs assignés aux politiques de santé animale. Ces politiques associent des objectifs nombreux et potentiellement contradictoires de santé publique, d’économie agricole, de commerce international, de bien-être animal, et plus récemment, d’en faire une composante du triptyque One Health. Ce dernier objectif est lié à la mobilisation de la communauté internationale (FAO, OMS et OIE [Organisation mondiale de la santé animale]) pour la santé globale. La santé animale devient simultanément un enjeu de biosécurité et un bien public mondial. Ce recadrage permet de mobiliser la communauté internationale sur le registre de la menace et de l’intérêt général. L’exemple de la grippe aviaire au Vietnam montre la nécessité de veiller à ce que ce recadrage ne marginalise pas les enjeux et les apprentissages locaux. Plus généralement, la santé animale est un objet politique qu’il faut dénaturaliser. Les sciences sociales permettent de comprendre les intérêts, les valeurs en concurrence dans le concept de santé animale et de nourrir le débat sur ce que nous voulons en faire pour construire un monde plus sûr mais aussi plus solidaire entre États ainsi qu’entre humains et animaux.

Résumé en anglais (traduction de l’auteur) : Animal health governance: between biosecurity and a global public good
The history, definition and objectives of animal health policies are reviewed in this article. These policies combine numerous potentially contradictory objectives in public health, agricultural economics, international trade and animal welfare, while recently also being a component of the One Health triptych. This latter objective emerged as a consequence of the drive of the international community (FAO, WHO and OIE [World Organisation for Animal Health]) to achieve global health. Animal health is becoming both a biosecurity issue and a global public good. This reframing helps mobilize the international community according to the scale of the threat and the general interest. The case of avian influenza in Vietnam showcases the need to ensure that this reframing does not marginalize local issues and knowledge. Animal health is a political target that needs to be denaturalized. Social sciences can highlight the competing interests and values at stake in the animal health concept, while nurturing the debate on how it could help build a safer world and enhance solidarity between States, as well as between humans and animals.

Couverture de Natures Sciences Sociétés
Extrait du site de Natures Sciences Sociétés