Génétique

Gene editing: a compromise or a boost to animal welfare?

Par 9 juin 2022 juin 21st, 2022 Pas de commentaire

Type de document : Article publié dans Horse & Hound (UK)

Auteur : Lucy Elder

Extrait en français (traduction) : Édition de gènes : un compromis ou une amélioration du bien-être animal ?
Une réglementation qui pourrait ouvrir la voie à l’assouplissement des restrictions sur l’édition de gènes chez les animaux est en train de faire son chemin dans le processus législatif [britannique].
Le projet de loi sur la technologie génétique (élevage de précision) a été présenté lors du discours de la Reine [Elizabeth II] le 10 mai, créant l’opportunité d’un débat sur l’édition de gènes au forum de discussion de l’Animal Welfare Foundation (AWF), à deux pas du Parlement, le jour suivant.
La question éthique de savoir si l’édition de gènes compromet le bien-être des animaux a été débattue, des experts présentant des arguments des deux côtés.
La possibilité d’éliminer certaines affections et maladies héréditaires en l’espace d’une génération est l’un des principaux avantages. De l’autre côté, on s’inquiète de savoir comment et pourquoi l’humain y aurait recours – et des effets négatifs potentiels des procédures sur les animaux.
 « L’édition de gènes a le potentiel de compromettre le bien-être plus rapidement et plus gravement que tout ce qui a été fait auparavant », a déclaré Matt Leach, chef du groupe des sciences animales à l’Université de Newcastle. « En modifiant les animaux pour répondre à nos besoins, nous courons le risque considérable de réduire notre responsabilité morale envers les animaux domestiques. »
Il a comparé cette technologie à une « baguette de magicien » utilisée pour mieux répondre aux besoins de l’humain, et au potentiel de conséquences inattendues pour les animaux. […]

Extrait en anglais (original) : Legislation that could pave the way to relax restrictions on gene editing in animals is making its way through the law-making process.
The Genetic Technology (Precision Breeding) Bill was outlined in The Queen’s speech on 10 May, forming a timely backdrop to a gene editing debate at the Animal Welfare Foundation (AWF) discussion forum a stone’s throw from Parliament the following day.
The ethical question of whether gene editing compromises animal welfare was thrashed out, with experts presenting arguments on both sides.
The ability to cut out certain hereditary conditions and diseases in the space of one generation is one of the major benefits. On the other side are concerns about how and why mankind would use this – and potential negative effects of procedures on animals.
« Gene editing has the potential to compromise welfare faster and more severely than anything that has come before it, » said Matt Leach, animal sciences group lead at Newcastle University. « By modifying animals to meet our needs, we run the considerable risk of reducing our moral responsibility to domestic animals. »
He likened the technology to a « wizard’s wand » used to better meet human needs, and the potential for unintended consequences for animals. […]

Extrait du site d’Horse & Hound