Conduite d'élevage et relations homme-animal

COVID-19 Effects on Livestock Production: A One Welfare Issue

Par 30 septembre 2020 octobre 19th, 2020 Pas de commentaire

Type de document : article scientifique disponible en ligne avant publication dans Frontiers in Veterinary Science.

Auteurs : Jeremy N. Marchant-Forde, Laura A. Boyle.

Résumé en français (traduction) : La pandémie COVID-19 met en évidence le fait que nous appartenons à une communauté mondiale. À partir d’une seule ville, elle s’est propagée à 188 pays dans le monde et avait infecté 30 millions de personnes au 18 septembre 2020. Des décennies de modélisation des pandémies ont permis de prédire les conséquences potentielles, mais l’impact de la COVID-19 sur la chaîne d’approvisionnement alimentaire, et plus particulièrement sur la production animale, était inattendu. Les groupes de cas parmi les travailleurs des usines de transformation de la viande ont rapidement évolué pour affecter le bien-être des humains, des animaux et de l’environnement dans plusieurs pays. Dans les usines de transformation, l’hygiène est axée sur la qualité des produits et la sécurité alimentaire. En raison de leur proximité, les cas de COVID-19 se sont rapidement répandus entre les travailleurs et le manque de congés de maladie et d’assurance maladie a probablement eu pour conséquence que les employés ont continué à travailler alors qu’ils étaient infectieux. Aux États-Unis (U.S.), de nombreuses usines de transformation ont fermé lorsqu’elles ont identifié des foyers importants, ce qui a mis la pression en particulier sur les industries porcine et avicole. À un moment donné, la capacité de transformation des porcs a été réduite de 45 %, ce qui signifie qu’environ 250 000 porcs par jour n’ont pas été abattus. Cela a entraîné un allongement des distances de transport vers les usines en activité avec une capacité supplémentaire, mais aussi une surpopulation d’animaux dans les exploitations. Les producteurs ont été encouragés à ralentir les taux de croissance, mais certains ont dû abattre les animaux à la ferme selon des méthodes qui ont probablement entraîné des souffrances et ont causé un choc considérable pour les propriétaires et les travailleurs. L’élimination des carcasses était également associée à des risques potentiels en matière de biosécurité et à des effets néfastes sur l’environnement. Il s’agit donc d’une question de bien-être unique, qui touche au bien-être des hommes, des animaux et de l’environnement et qui met en évidence la fragilité des systèmes de production animale intensive et à haut débit. Ce modèle doit être repensé pour inclure les éléments animaux, humains et environnementaux tout au long de la chaîne allant de la ferme à la fourchette. Une telle approche « One Welfare » garantira que les systèmes de production alimentaire soient résilients, flexibles et équitables face aux défis futurs.

Résumé en anglais (original) : The COVID-19 pandemic highlights that we exist in a global community. From a single city, it spread to 188 countries across the world and infected 30 million people by September 18, 2020. Decades of modeling pandemics predicted potential consequences, but COVID-19’s impact on the food supply chain, and specifically livestock production was unexpected. Clusters of cases among workers in meat processing plants evolved quickly to affect human, animal, and environmental welfare in several countries. In processing plants, the hygiene focus is on product quality and food safety. Because of their close proximity to one another, COVID-19 spread rapidly between workers and the lack of sick leave and health insurance likely resulted in workers continuing to work when infectious. In the United States (U.S.) many processing plants shut down when they identified major outbreaks, putting pressure especially on pig and poultry industries. At one point, there was a 45% reduction in pig processing capacity meaning about 250,000 pigs per day were not slaughtered. This resulted in longer transport distances to plants in operation with extra capacity, but also to crowding of animals on farm. Producers were encouraged to slow growth rates, but some had to cull animals on farm in ways that likely included suffering and caused considerable upset to owners and workers. Carcass disposal was also associated with potential biosecurity risks and detrimental effects on the environment. Hence, this is a One Welfare issue, affecting human, animal, and environmental welfare and highlighting the fragility of intensive, high-throughput livestock production systems. This model needs to be re-shaped to include the animal, human, and environmental elements across the farm to fork chain. Such a One Welfare approach will ensure that food production systems are resilient, flexible, and fair in the face of future challenges.

Logo de Frontiers in Veterinary Science
Extrait du site de Frontiers in Veterinary Science