Prise en charge de la douleur

Arrêt de la castration à vif : les éleveurs bretons veulent construire une « filière responsable »

Par 18 décembre 2020 janvier 12th, 2021 Pas de commentaire

Type de document : Article publié dans Réussir Porc

Extrait : Dans un communiqué en date du 18 décembre, le comité régional porcin (CRP) breton, l’organisation professionnelle représentative de l’amont de la production porcine en Bretagne, s’engage « pour accompagner » l’arrêt de la castration à vif « décidée au plus haut niveau de l’Etat, dans un esprit d’amélioration de la bientraitance animale « . Mais, contrairement à l’aval de la production, qui affiche sa volonté de maintenir la castration des porcelets sous anesthésie, le CRP veut que la production de porcs mâles entiers devienne la référence, et que l’acte de castrer « relève de la dérogation ». L’organisation veut agir sur trois orientations, en concertation avec les autres CRP du Grand Ouest :

-Obtenir de l’Etat qu’il encadre réglementairement les conditions de la castration sous anesthésie pour les productions dérogatoires : « Cet encadrement sera subordonné à la signature d’accords professionnels associant les vétérinaires, les éleveurs et les abatteurs ».

 -Définir les règles de mise en marché : prix de base appliqué à une production de porcs mâles entiers, contrôle des carcasses réalisé sous la responsabilité d’Uniporc Ouest, unicité du classement des carcasses et mise en place de références collectives. « Pour cela, la grille de paiement actuelle des porcs charcutiers devra évoluer ».

-Montée en gamme et promotion du Porc Français, « dont le cahier des charges devra prendre en considération les évolutions réglementaires ».

Articles sur le même sujet publié dans :

– Libération le 22 décembre 2020 : Castration des porcelets : les lobbys à la manœuvre

– Réussir Porc le 14 décembre 2020 : Les industriels de la viande poussent au maintien de la castration des porcs mâles

Logo de Réussir Porc
Extrait du site de Réussir Porc